Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 juillet 2014 3 30 /07 /juillet /2014 18:05

CIMG3804.JPG

Salut à vous visiteuses et visiteurs uniques, durant quelques jours passés à Paris j'ai pu rendre visite à nouveau, après bien des années au célèbre Musée Grévin et contempler entre autres réussites, cette excellente reconstitution plus vraie que nature d'une école primaire des années cinquante qui aurait enchanté Doisneau. Tout y est, ne manque aucun détail: la blouse grise ou noire des élèves, le pupitre partagé à deux, l'ardoise et son éponge et à chaque extrémité les encriers amovibles, emplis de cette fameuse encre violette dans laquelle on trempait, précautionneusement la plume Sergent Major avec laquelle on pouvait réaliser de si beaux pleins et déliés.


Véritable institution le Musée a été inaugurée le 5 Juin 1882 ,résultat de la coopération des pères fondateurs:Arthur Meyer directeur du journal "Le Gaulois" Alfred Grévin, caricaturiste et sculpteur et l'argent étant le nerf de la guerre: Gabriel Thomas le financier.

 

Premiers pas après la montée de l'escalier monumental et  éblouissante découverte dans une vaste salle circulaire de la grande attraction: le Palais de l'illusion importé de l'exposition Universelle de 1900.Fantastique jeu de miroirs qui projettent à l'infini des scénes exotiques dignes d'Indiana Jones,je me demande d'ailleurs si Orson Welles ne s'est pas inspiré de ce jeu de miroirs pour une  des scènes phare de "La Dame de ShangaÎ "

 

Une fois la salle quittée il ne reste plus qu'à parcourirs les différentes salles et découvrir personnalités célèbres et reconstitutions historiques. Sortant du Palais des mirages on entre dans la salle de théâtre accueillis par Thierry l'Hermitte et continuant un peu plus loin on découvre un Charles Aznavour plus vrai que nature,tranquillement assis dans un fauteuil de spectateur, endroit idéal pour les amateurs de photos.

 

De salle en salle apparaissent des personnages d'une réalité saisissante, tel Sébastien Loeb, Henri Salvador,(vêtu de son beau costume blanc) Michel Serrault (dans sa loge ) Gandhi (marchant en s'appuyant sur un bâton) Arielle Dombasle (certainement traitée au botox comme l'original) à noter également un Jean Gabin superbe, facilement reconnaissable,puis des personnages officiels :Obama,Merkel,Flamby( pardon ! je voulais dire notre vénéré Président  François Hollande, ventru, arborant ce sourire du ravi de la crêche qui lui vaut une célébrité mondiale....)


D'autres comme Jackie Chan ou M imi Math y sont bien tels q'u' on les imagine.et connaisent leur petit succès.

 

Si il y a des réussites époustouflantes il y a aussi des ratés remarquables :Louis Armstrong (il faut avoir lu l'étiquette pour savoir qu'il s'agit du célèbre jazzman) Marylin Monroe ( et la fameuse scène de l'envolée de la jupe: corps parfait mais visage approximatif) Charlie Chaplin ( seul le costume de l'infortuné Charlot semble authentique...) mais on atteint le sublime en apercevant un Johnny Hallyday au visage poupin,sans une ride ô miracle!, pourtant il suffirait de prendre pour modèle le visage de la momie de Ramsès II pour que le mannequin soit criant de réalisme!

 

Mais ce ne sont là que quelques petites erreurs infimes au milieu de réalisations saisissantes,en particulier les scènes historiques: Marie-Antoinette devant le tribunal révolutionnaire,Jeanne d'Arc sur le bûcher,Sartre attablé au Café de Flore. Après avoir parcouru toutes ces salles, rencontré tant de personnages célèbres, c'est le retour dans le quotidien et l'arrivée sur les Grands Boulevards avec ,à deux pas d'autres mirages : les splendeurs et tentations des temples de la consommation: les Galeries Lafayette et le Printemps.

 

Sortie ces jours derniers du hors série de Ouest-France consacré à la guerre de 14-18 un article est consacré tout spécialement aux six frères Ruellan,livrés à l'Ankou sans qu'en haut lieu on s'en soit beaucoup ému.

 

Le père est un notable Malouin, armateur à Saint Malo.En 1914  les huit frères s'engagent sans hésiter: Bernard ,André, Charles Henri, Louis, Berchmans et Julius, Stanislas revient des Etats-Unis, André d'Uruguay.Bernard tombe le 17 février 1915,le 15 Mai 1915 c'est André,,17 Février 1916 c'est Henri,le 22 Novembre 1916 c'est Louis(père de 6 enfants) Mai 1918, c'est Berchmans, 1er Octobre 1918 c'est Julius (l'ainé, prêtre) Xavier gazé le 1er Mars 1918 dècède en 1930, les deux seuls rescapés seront Stanislas et Charles.

 

Le film de Spielberg "il faut sauver le soldat Ryan" s'appuie sur des faits réels, à savoir le cas authentique des frères Niland dont deux parachutistes l'un et l'autre Robert fut tué le 6 Juin 1944 et l'autre Preston tomba le 7 Juin 1944, un troisième Edward, aviateur, porté disparu était en fait prisonnier dans un des sinistres camps Japonais de Birmanie. L'administration militaire informée de cette situation rarissime rapatria le rescapé aux Etat-Unis.

 

En ce qui concerne les frères Ruellan rien ne fut tenté dans les hautes sphères et si par malheur les huit frères avaient été tués au front la macabre routine aurait poursuivi son tranquille petit train-train comme si de rien n'était...


 

PEIITS PROPOS SANS IMPORTANCE


 

Vampire (Provencal) : il horreur de l'ail au lit.

 

Electricien (justicier) : il fait la chasse à l'Ohm.

 

Quasimodo ( très irritable) : il est très Soupe au laid.

 

Démineur : le sale air de la peur.

 

Vieux cheval (hargneux) : il est très rosse

 

Prothésiste : c'est la bête du: j'ai vos dents.

 

 

MERCI DE ME FAIRE PART DE VOS REMARQUES


Partager cet article

Repost 0
Published by la peinture a l'huile c'est bien difficile
commenter cet article

commentaires