Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 août 2014 3 13 /08 /août /2014 23:22

CIMG3837.JPG

Salut à vous visiteuses et visiteurs uniques :du 7 Juin au 7 Septembre 2014 une exposition d'art contemporain "Le festin de l'art" est visible au Palais des Arts de Dinard qui accueille régulièrement des manifestations artistiques,souvent objet de contreverses ( les gens sont si méchants ! ) 


Le commissaire de l'exposition n'est autre que Jean-Jacques Aillagon ex ministre de la culture et le thème choisi pour cette manifestation est la nourriture et sa représentation: natures mortes et images de repas.Sur la photo ci-dessus on peut admirer l'oeuvre de Philippe Vaurès Santa Maria sobrement intitulée "sans titre" (pourquoi donner un titre effectivement  l'image se suffit à elle même...) est-ce de l'art ou du cochon?

 

L'exposition est soigneusement structurée et compartimentée en 4 sections :1) Variations et rebonds :2) Détournements critiques :  3) une nouvelle cuisine de l'art  :4) la grande bouffe et après? Comme à l'accoutumée chacun y trouvera de quoi apprécier ou se gausser ,objectivement il faut reconnaitre que certaines créations sont particulièrement intéressante et témoignent d'une recherche esthétique, inévitablement il y a aussi les provocateurs habituels qui pensent offusquer un public plutôt blasé qui, depuis des décennies en a vu d'autres et n'en a pas pour auant perdu son self -control.

 

Après avoir arpenté les différentes salles on se retrouve à l'air libre et alors deux choix s'imposent: :devenir végétarien ou bien entreprendre un jeûne purificateur..

 

Dimanche de la semaine dernière rediffusion sur W9 de ce petit bijou débordant d'ironie,de sarcasme, de froide lucidé et d'analyse décapante: "Le Viager" film que personnellement je ne me lasse pas de voir et revoir tant il est exemplaire dans l'étude des comportements humains confrontés aux évènements historiques et à la cupidité la plus sordide.Mais heureusement on découvre que le crime ne paie pas et que finalement l'innocence et la naïveté triomphent du mal.


Cette comédie brillament réussie est à placer aux côtés d'autres joyaux tels "Le diner de cons" ou dans un autre domaine "La traversée de Paris"

 

Ce film réalisé par Pierre Tchernia,sur un scénario de Tchernia et Goscinny n'a pas pris une ride et on ne peut que regretter que Tchernia n'ai pas eu la possibilté de tourner d'autres films de la même veine,il nous a comblé  avec "La belle Américaine" qui fit la part belle à la joyeuse équipe des Branquignols et aussi avec " La gueule de l'autre" comédie parfaitement aboutie.

 

Quand on pense qu'il fut obligé ,durant des années,de jouer les faire-valoir du prétendu "humoriste" Arthur en participant à ce pur chef d'oeuvre télévisuel "Les enfants de la télé" on en frémit d'indignation : le talent valet de la prétention et de l'inculture,quelle désespérance!!!

 

Le viager débute par une savoureuse exploitation des archives cinématographiques des années trente, et voici l'infortuné Louis Martinet 59 ans (l'incomparable Michel Serrault),employé d'une fabrique de prothèses  médicales se rendant chez le Docteur Léon Galipeau (Michel Galabru dans un de ses meilleurs rôles) pour une visite de routine. Nous sommes en 1930,Galipeau sur de lui et de sa science décrète après examen que son patient n'a plus, au maximum, que 2 ans à vivre : vous êtes usé lui dit-il. et il ajoute sa phrase fétiche: faites moi confiance! Martinet célibataire,menant une vie rangée,sans excès d'aucune sorte, rentrant chez lui se dit : je me suis usé tout seul...

 

Le Docteur Galipeau ayant appris que Martinet possédait une petite maison dans le midi,à quelques encablures d'un petit port peu connu :Saint Tropez, suggère à son frère Emile ( Jean-Pierre Darras),habitant dans le même immeuble que lui, d'acheter la maison en viager:placement sans risque et assurance de devenir rapidement propriétaire. Chez le notaire pour faire bonne mesure la rente est indexé sur le cours de l'aluminium,un métal pratiquement sans valeur.

 

Martinet quitte donc Paris pour Saint Tropez et avant son départ une émouvante cérémonie d'adieux se déroule dans l'entreprise où il passa tant d'années et,comble du bonheur il se voir remetttre en cadeau une prothèse de jambe miniature semblable aux authentiques, bardée d'acier et de cuir ô  extase...

 

Régulièrement Martinet tient ses "bienfaiteurs" au courant de sa vie sous le soleil du midi,1933 :tout fringant il leur annonce qu'il parcourt ,chaque jour, 13 kms à vélo, en compagnie du facteur.1935 :Martinet annonce à la famille Galipeau qu'il aide le facteur à construire sa maison. 1935 :il achète un tandem pour circuler en compagnie du facteur.1937:le grand-père (Noël Roquevert dans son dernier rôle ) meurt, Martinet envoie une carte postale: il est plus vaillant que jamais.1938:pour Noël envoi d'huile d'olive, extrait provenant de l'olivier qu'il a planté plusieurs années auparavant.

 

1939,: la guerre menace, la belle-soeur du Docteur Galipeau,Elvire (Rosy Varte) lui lance sarcastique: on devrait vendre la France en viager aux Allemands,on serait tranquille... 1940: c'est l'exode, un matelas ficelé sur le toit de leur voiture la tribu Galipeau parvient dans le mas de Martinet, malheureusement une troupe de scouts Belges est déjà hébergée et il faut se contenter du poulailler...Martinet est dans une forme éblouissante et partage sa chambre avec la jolie cheftaine..

 

Les Galipeau rumine leur vengeance et vienne dénoncer Martinet au Capitaine de Corvette Bucigny-Dumaine responsable sécurité du secteur: ce Martinet est un espion, un agent de la 5ème colonne! Le Capitaine de Corvette se rend chez le retraité pour l'arrêter mais celui çi écoute le discours du Maréchal Pétain annonçant l'armistice, changement radical: Bucigny-Dumaine se montre fort aimable et propose mêmes ses services, rage des Galipeau qui assistent de loin à la scène.

 

De retour à Paris le Dr Galipeau reprend ses activités :il examine le Général Von Swartzenberg : ce n'est pas grave ce n'est qu'un simple excès de nouriture prenez de l'huile de foie de morue et du bicarbonate, faites moi confiance ! Lourde erreur de diagnostic: il s'agissait d'une appendicite purulente,le Général décède,Galipeau,à son insu, a fait acte de résistance,un ennemi de moins...

 

Ce diable de Martinet prospère chaque année, les Galipeau le dénonce à la Gestapo comme étant un agent Gaulliste,mais les alliés débarquent en Provence et le facteur (et son courrier ) rejoint le maquis.A la libération on découvre la lettre de dénonciation et Martinet est fêté en héros, on lui remet la légion d'honneur.

 

Dans le clan Galipeau l'exaspération est son comble, en 1948 on invite Martinet à Paris, tournée des restaurants et cabarets prévue afin qu'il passe l'arme à gauche suite aux excès, malheureusement ce sont les Galipeau qui se retrouvent malades comme des chiens,Martinet,finit les assiettes,danse  dans les cabarets, Gare de lyon il court pour rattraper le train en partance,Marguerite (Odette Laure) femme du Docteur,victime de cette tournée des grands Ducs expire sur un chariot de la poste circulant sur le quai.

 

Emile fou de rage se rend à Saint Tropez ,armé, et veut abattre Martinet,les chose tournent mal,lors d'une promenade en pédalo,le Capitaine de Corvette qui a reconnu un de ceux qui ont causé sa déchéance (jugé à la libération pour collabaration) le poursuit, Emile tire, et tue l'ex capitaine de corvette il tombe à son tour à l'eau et ne sachant pas nager se noie..

 

Année soixante Martinet plus vaillant que jamais est la vedette de Saint Tropez,et danse sur les quais en se livrant à des acrobaties face aux caméras de télévision.

 

1969, bonne nouvelle: Martinet 99 ans est atteint par la grippe, le Docteur Galipeau se rend à son chevet et constate que le presque centenaire se montre très entreprenant avec sa jolie (et jeune...) infirmière

 

Il faut en finir les Galipeau survivants se rendent chez Martinet, scient l'appui de fenêtre, cirent à outrance les marches de l'escalier, mais ce sont eux les victimes.Noël, fils d'Emile  et d'Elvire, repris de justice passe au tribunal, son avocat  Maître Vierzon (Jean Carmet) d'une nullité colossale obtient l'acquitement et décède dans la salle, son seul succès depuis des années l'a achevé...Le Docteur Galipeau décède après avoir répété une dernière fois:faites moi confiance !

 

Noël dernier des Galipeau décide de tuer Martinet durant un feu d'artifice de diversion, ses complices se chargeant de la tâche, mais l'allume cigare défectueux de la vieille traction avant met le feu aux fusées, la voiture finit dans le fossé et ainsi disparait le dernier des Galipeau...

 

Dernier convoi funèbre:très ému Martinet confie sa grande peine à son ami le facteur :tous les Galipeau,ses "bienfaiteurs" ont disparus lui seul survit...

 

 

THE END

 

 

PETITS PROPOS SANS IMPORTANCE


 

Militaire de haut rang (liquidant ses biens) :le Maréchal j'offre.

 

Bergers (sur échasses) : ce sont des hauts Landais.

 

Invasion d'insectes (chez les religieuses) : les moustiquaires au couvent.

 

Lit (d'un homme laid) : c'est la couche du moche.

 

Mozart (étudiant) :Bach+5

 

Vaisseaux du désert : le  dromadaire n'a qu'un patron, le chameau a deux boss.

 

 

 

MERCI DE ME FAIRE PART DE VOS REMARQUES


 


 




Partager cet article

Repost 0
Published by la peinture a l'huile c'est bien difficile
commenter cet article

commentaires