Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 16:31

CIMG3850

Salut à vous visiteuses et visiteurs uniques, voyez ci-dessus la toile de Nicolas de Staël "paysage" datant de 1952 et exposée au Musée d'Art Moderne André Malraux du 7 Juin au 9 Novembre 2014.L'artiste aurait eu 100 ans cette année et en hommage à ce créateur inclassable le musée présente 80 peintures et 50 dessins, l'ensemble étant présenté sous l'étiquette "Lumières du Nord, lumières du Sud"

 

Lumières du Nord : Dunkerque et la côte Normande, lumières du Sud: le Vaucluse et la Sicile, De Staël sous différents cieux synthétise le paysage pour n'en restituer que l'essentiel, équilibriste raffiné évoluant à la limite  de l'abstraction et de la figuration,travaillant souvent sur de très grands formats en utisant la couleur preque pure, telle qu'elle sort du tube.

 

Baron Nicolaï Vladimovitch Von Holstein ( retenez votre respiration! ) en Janvier 1914 l'artiste n'a pas connu la Russie puisque fuyant la révolution ses parents se réfugièrent en Pologne.Ses parents décédés il fut recueilli,en 1922 par sa marraine vivant  à Bruxelles. C'est là qu'il se formera, mais avant d'entrer à l'école des Beaux Arts il lui faudra suivre des études d'ingénieur.

 

Durant les années suivantes De Staël voyagera à travers l'Europe et il débarque en 1938 à Paris entamant sa carrière d'artiste, il peint beaucoup et détruit aussi beaucoup.après un bref passage dans la légion Etrangère il se retrouve à Nice en 1940 où il passera trois ans en compagnie de son épouse qui, elle ,est un peintre reconnu. En 1943 c'est l'arrivée à Paris et comme pour beaucoup d'autres la misère et les privations sont ses compagnes quotidiennes. Mais il y trouve aussi le réconfort en liant connaissnce avec Georges Braque, son ainé, qui apprécie son travail et l'encourage.

 

Jusqu'au début des années cinquante il galère et vivote mais comme nul n'est prophète en son pays il commence à être connu aux USA et summum du succès le galiériste et marchand Paul Rosenberg (eh oui ! le grand-papy d'Anne Sinclair ! ) le prend sous son aile et c'est le début d'une réussite phénoménale, sa cote est au plus haut et il connait enfin l'aisance, puis la richesse, aidé en celà par Paul Rosenberg qui aimait à dire: " pour moi un tableau est beau quand il se vend"

 

Individualiste forcené il fuit les mondanités et trouve refuge dans le midi, il achète une maison à Ménerbes et s'installera par la suite à Antibes où il passera les deux dernières années de sa vie. Amoureux fou de Jeanne Matthieu, femme déjà mariée il aime plus qu'il n'est aimé, cette passion folle le ronge, de surcroit, hanté par la création il vit dans le doute permanent,la crainte de l'échec, angoissé et fragile, le 16 Mars 1955 il ferme la porte de son atelier et se jette du haut de la terrasse, mort instantanée qui met fin brutalement à une grande réussite artistique.

 

Nicolas de Staël est difficilement classable il aura pourtant réalisé une oeuvre dominée par la forme et la couleur où le paysage,les personnages, sont résumés dans leur  expression la plus essentielle,la plus fondamentale.

 

Evocation, la semaine dernière,sur France 2 "Une vie,un destin", de la vie et la carrière de Jean Rochefort par Laurent Delahousse.Emission du plus grand intérêt consacrée à un grand comédien à l'allure particulière ,très "Anglo-saxon" et pourvu d'un humour à fleur de peau.Personnage emblématique ayant 122 films à son actif: des navets, d'autres de qualité moyenne, plusieurs excellents et quelques chefs-d'oeuvre impérissables.

 

Né en 1930 Rochefort a été le témoin des exactions commises par ces résistants de la dernière heure, qui après avoir serré les fesses durant quatre ans et peut-ètre avoir été de ces héros qui jetaient leur arme pour pouvoir courir plus vite face à l'ennemi,se sont mis à dix pour tondre une femme et la trainer dans les rues,nue, couverte de crachats, recouverte de croix gammées.

 

Le comédien a conservé de cette époque un profonde réticence face aux idéologies et aux comportements humains: le souvenir de ce bébé nu né de la rencontre d'une Française et d'un soldat Allemand, exhibé,suspendu par les pieds comme un lapin écorché sous les yeux de la populace, l'a marqué au fer rouge.

 

Avoir été élevé dans un milieu rigoriste où on prônait le travail, l'effort et la réussite l'a certainement marqué durant son adolescence, lui le nonchalant et le bohème confronté à son frère, brillant sujet qui fera Polytechnique. Heureusement il y a Saint Lunaire (où le centre culturel porte son nom)les vacances d'été et surtout les copains. Durant les années d'immédiat après-guerre il joue dans des petits films et déjà sa fantaisie éclate.

 

Ce attitude ne plait guère à son père qui aimerait bien le voir s'engager dans une voie sérieuse, Rochefort va choisir d'ètre lui même et il débarque à Paris et devient,à 19 ans un habitué des cours de comédie de la Rue Blanche, ce sera ensuite le Conservatoire Supérieur d'Art Dramatique et la rencontre avec ses amis à la vie, à la mort:Belmondo,Jean-Pierre Marielle et Philippe Noiret. C'est Belmondo qui va connaitre le premier le succès et la gloire, lui sera longtemps cantonné dans les seconds rôles, il  va ètre renvoyé  du Conservatoire mais fera parti de la Compagnie Grenier Hussenot et se consacrera au Théatre.

 

Son célèbre amour du cheval va naitre d'un quiproquo, Belmondo qui allait tourner dans "Cartouche" le recommande au réalisateur assurant qu'il monte parfaitement à cheval, ce qui était totalement faux Rochefort n'ayant jamais enfourcher le dos de ce noble animal. Il prendra des cours d'équitation en accéléré et c'est de là que naitra sa passion, qu'il communiquera plus tard à Noiret.

 

Rochefort a enchainé par la suite des petits rôles (ex:Les tribulations d'un chinos en Chine)où il ne passe pas inaperçu, son flegme et sa drôlerie jubilatoire ajoutant un plus au récit et venant en appui de l'acteur vedette.

 

Il doit beaucoup à Yves Robert, des films comme "Un éléphant çà trompe énormément" "Nous irons tous au paradis" " "Courage fuyons" "Salut l'artiste"ont popularisé son personnage de gentleman imperturbable.Il a aussi à son actif , dans une autre catégorie que la comédie des rôles majeurs , tel 'Le crabe tambour" dans lequel, d'après les témoignages il a montré un courage extraordinaire, affrontant les terrible tempêtes de l'Atlantique Nord, stoïque et inébranlable,plus authentique qu'un pacha de la Royale.Sa composition dans "Tandem" de Patrice Leconte lui a permis de montrer toutes les subtilités de sa sensibilité.

 

Curieux rapports avec le réalisateur  Patrice Leconte, jouant dans son premier film "Les vécés étaient fermés de l'intérieur" avec comme autre interprête Coluche.Dès les débuts du tournage l'ambiance était déplorable, Rochefort considérant Leconte comme une sorte d'amateur,il alla jusqu'à prendre la direction du tournage mais les techniciens se rebellèrent et toutes les séquences furent fimées dans un climat glacial, Rochefort et Leconte ne s'adressant plus la parole...mais après 10 ans de fâcherie et de bouderie Rochefort mit fin à la guéguerre en acceptant le rôle principal de "Tandem"

 

Une séquence de l'émission est véritablement parlante:Rochefort qui avait une liaison avec Nicole Garcia,connue lors d'un tournage, avait acheté une ferme au coeur de la Beauce, loin de tout, isolée en pleine campagne afin de poursuivre son activité d'élevage de chevaux. En découvrant les lieux on comprend vite que Nicole, plutôt citadine n'avait pas atteint le Nirvana, n'ayant pas comme son compagnon une passion dévorante pour la gent équine, donc ce sera assez rapidement la séparation.

 

Le comédien va connaitre une cruelle et décevante mésaventure en participant au tournage du film de Terry Gilliam" L'homme qui a tué Don Quichotte" ainsi qu'il le dit lui même les échanges étaient limités au maximum le réalisateur passant la majeure partie de son temps à concocter des effets spéciaux.La situation s'aggrave: Rochefort, qui doit passer de longues heures à cheval est frappé par une double hernie discale, la jument blanche qu'il monte a été volontairement sous alimentée, les côtes saillantes ,décharnée,elle doit ressembler le plus possible à Rossinante la rosse famélique du chevalieà la longue figure.

 

Pour Rochefort amoureux des chevaux c'est un crève- coeur, une tempête ravage les lieux du tournage, il quitte Gilliams et retourne à Paris, le lendemain la malheureuse jument au bout du rouleau rend son dernier soupir.Il est dommage que le projet n'a pas abouti, le réalisateur des "Aventures du Baron de Münchhausen" aurait sûrement produit un grand, un très grand film.

 

Ce malheureux Delahousse, harcelé par ses fans hystériques ( certaines lui envoient leur petite culotte ce qui l'exaspère au plus haut point (G?) allez savoir pourquoi) sait s'effacer devant son sujet en développant les aspects les plus inhabituels des célébrités.


 

 

PETITS PROPOS SANS IMPORTANCE



 

Chirur gien ( pachydermique): il pratique l'hippo succion.

 

Lézard (artiste et très souple) : Lézard plastique.

 

Travesti (révolutionnaire) : En robe, est-ce Pierre ?

 

Deutsche Mark : C'était de l'argent de boche ?

 

Vigneron Allemand (sous le régime nazi) : il prévilégiait la croix Gamay.

 

 

 

MERCI DE ME FAIRE PART DE VOS REMARQUES

 


 


 


 


Partager cet article

Repost 0
Published by la peinture a l'huile c'est bien difficile
commenter cet article

commentaires