Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 23:01
 
bbbbbbhlbbhjkdk010-copie-1.jpg
Salut à vous visiteuses et visiteurs uniques, décidement les schtroumpfs deviennent de plus en plus hardis et n'hésitent pas à jouer les jolis coeurs ( et à prendre des risques en escaladant les toitures...) auprès de respectables mères de familles durant l'absence de leur époux.Il leur arrive même de faire main basse sur les bijoux de la maitresse de maison !En ce qui concerne le chien supposé ètre de garde , son attitude distante dénote une complicité évidente: ah ma p'auv dame ! à qui se fier par les temps qui courent!
 
 
Hier soir, petite séance de nostalgie : visionnage d'un DVD consacré à Jacques Brel retracant sa carrière depuis 1958 jusqu'en 1977. Première chanson : Quand on n'a que l'amour, s'accompagnant à la guitare, époque "Abbé Brel" ainsi que le disait son ami Brassens, mais déjà son immense talent se devinait. Je conserve le souvenir impérissable d'une représentation à l'Olympia, dans les années soixante,il n'interprétait pas, il vivait ses chansons, douloureux, révolté, torturé, les vieux étaient là, on les sentait vivre leurs dernières années et ne me quitte pas vous vrillait l'estomac. Je le revois encore (par chance mon amie de l'époque et moi étions placés dans les 5 premiers rangs) plongé dans le monde terrible de "ces gens là" le visage ruisselant de sueur, souffrant,en pleine épreuve, de tels instants demeurent gravés ad vitam éternam. Visitant un site, il y a peu j'ai lu avec un brin de commisération le commentaire d'une internaute plaçant Jean Ferrat au rang de chanteur du siècle, bien au dessus de Brel, sans vouloir polémiquer il faut quand même admettre que si ce chanteur compositeur avait un grand talent ,son expression scénique n'atteignait pas les sommets du tragique, pour mémoire i rappelons ce qu'en pensait un critique : Jean Ferrat: un jean Sablon saisi par le marxisme...
 
Dimanche, anniversaire de Georgette, en compagnie de Marie et d'un couple d'amis nous voici attablés dans le restaurant Chinois-Vietnamien situé à proximiité de son domicile. Comme souvent , les novices ont toutes les peines du monde à utiliser les baguettes et rapidement reprennent la fourchette qui finalment est s'un usage plus aisé. En ce Dimanche la salle est pleine et le repas se poursuit dans un ambiance agréable et détendue.Ensuite nous regagnons le domicile de notre amphitryon pour y déguster cette excellente liqueur Napoléon à base de mandarine.
 
 
Vendredi 11 Novembre excellente émisssion historique intitulée " Allemagne 1918" ou le point de vue Allemand sur cette année cruciale. Que de découvertes : Ludendorff, auréolé de la victoire de Tannenberg sur le front Est prend conscience, en 1918 que l'armée Allemande est exangue, à bout de force, le blocus des alliés, les grèves dans les usines d'armement,l'arrivée des troupes Américaines tous ces facteurs le décide à préconiser, au plus vite un armistice, mais soucieux de protéger l'honneur de l'armée il demande que ce soit les représentants du nouveau pouvoir qui en prennent la responsabilité, ce qui permettera d'accréditer la thèse du "coup de poignard dans le dos" Le Kaiser a fuit aux Pays Bas, le SPD tente de gouverner un pays en pleine anarchie(signature de l'armistice,pour l'anecdote:un officier membre de la commission se tourne vers la délégation Française et leur déclare: au revoir messieurs, rendez-vous dans 20 ans...)Suivant l'exemple de la Russie, les mutineries se répandent,principalement dans la marine, les spartakistes règnent à Berlin sous l'égide de Rosa Luxembourg et de Karl Liebknecht et le social-démocrate Ebert accueille solennellement les troupes de retour du front , défilant en ordre impeccable : je vous salue, vous qui revenez invaincus des combats !
 
Gustav Noske, ministre de la guerre, aidé en sous main par les Corps Francs,brise les spartakistes, Liebnecht et Luxembourg sont tués et l'année suivante ce sera Versailles et son traité impitoyable qui porte en lui la promesse d'une prochaine guerre. L'Allemagne doit accepter d'ètre considérée comme la seule responsable du conflit, son territoire est dépecé et Clémenceau, sourd et aveugle impose des dommages de guerre colossaux , l'industrie Allemande est démantelée, les mines de charbon de la Rhur pillées,la population est plongée dans la misère,la colère impuissante prépare déjà le lit du nazisme...
 
 
Dimanche sur France 2, un film haut de gamme des frères Coen : "No Country for old men" qui aurait pu ètre  sous titré: l'argent ne fait pas le bonheur de ceux qui n'en ont pas et qui voudrait bien en avoir... Llewelyn, vétéran du Vietman, découvre, dans le désert une scène de carnage : des corps ( de mexicians) gisent au sol après s'ètre entretués, dans un pick up, sous une bache une cargaison de drogue et, un peu plus loin, une mallette bourrée de dollars.Notre héros qui mène une existence médiocre et vivote dans des emplois incertains et peu rémunérés, s'en empare et c'est alors que ses malheurs commencent car un tueur psychopathe, Anton Chigurh est lancé à ses trousses avec pour mission de récupérer le magot.Ce dernier a trouvé le véhicule de Llewelyn et a identifié son propriétaire. Une chasse impitoyable commence , l'infortuné découvreur de trésor est suivi pas à pas à son grand étonnement et comprendra un peu tard en fouillant de plus près la mallette qu'un  emetteur y est caché et que son poursuivant, muni d'un récepteur sait exactement où il se cache.Le schérif de la bourgade(l'excellent Tmmy Lee Jones) où habite le vétéran, blasé et sans illusions sur les comportements humains tente d'éclaircir le mystère de la tuerie et de la disparition simultanée de son concitoyen, malheureusement, toujours en décalage il intervient alors que les carottes sont déjà cuites.... Carson Wells, chasseur de primes est lui aussi sur la piste du sérial tueur mais surestimant ses capacités il sera rapidement éliminé de la course. Finalement comme dans toute chasse à cours le gibier est perdant, Llewelyn sera achevé froidement et l'assassin méthodique, victime d'un accident de voiture banal dont il sort quasi indemme, se retrouvera dans un bled perdu sans avoir retrouvé la mallette magique.Le shérif, désabusé a donné sa démission et se retrouve en tête à tête avec son épouse, mettantsur pied un programme d'activités envisageables....
 
 
THE END
 
 
 
 
 
 
 
PETIT PROPOS SANS IMPORTANCE
 
   
Chèvre (de Monsieur Seguin ) : elle a un compte fesse bouc 
 
Aigle (Allemand): le Goh est lent
   
Arabe (bi sexuel): c'est un Ali Bi          Paludier : c'est le Celte de Guérande
 
Fourrure ( commerce de la) : Castor et peaux luxe
 
 
 
 
MERCI DE ME FAIRE PART DE VOS REMARQUES
 
Repost 0
Published by la peinture a l'huile c'est bien difficile
commenter cet article
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 23:01
 
bbbbbbhlbbhjkdk010-copie-1.jpg
Salut à vous visiteuses et visiteurs uniques, décidement les schtroumpfs deviennent de plus en plus hardis et n'hésitent pas à jouer les jolis coeurs ( et à prendre des risques en escaladant les toitures...) auprès de respectables mères de familles durant l'absence de leur époux.Il leur arrive même de faire main basse sur les bijoux de la maitresse de maison !En ce qui concerne le chien supposé ètre de garde , son attitude distante dénote une complicité évidente: ah ma p'auv dame ! à qui se fier par les temps qui courent!
 
 
Hier soir, petite séance de nostalgie : visionnage d'un DVD consacré à Jacques Brel retracant sa carrière depuis 1958 jusqu'en 1977. Première chanson : Quand on n'a que l'amour, s'accompagnant à la guitare, époque "Abbé Brel" ainsi que le disait son ami Brassens, mais déjà son immense talent se devinait. Je conserve le souvenir impérissable d'une représentation à l'Olympia, dans les années soixante,il n'interprétait pas, il vivait ses chansons, douloureux, révolté, torturé, les vieux étaient là, on les sentait vivre leurs dernières années et ne me quitte pas vous vrillait l'estomac. Je le revois encore (par chance mon amie de l'époque et moi étions placés dans les 5 premiers rangs) plongé dans le monde terrible de "ces gens là" le visage ruisselant de sueur, souffrant,en pleine épreuve, de tels instants demeurent gravés ad vitam éternam. Visitant un site, il y a peu j'ai lu avec un brin de commisération le commentaire d'une internaute plaçant Jean Ferrat au rang de chanteur du siècle, bien au dessus de Brel, sans vouloir polémiquer il faut quand même admettre que si ce chanteur compositeur avait un grand talent ,son expression scénique n'atteignait pas les sommets du tragique, pour mémoire i rappelons ce qu'en pensait un critique : Jean Ferrat: un jean Sablon saisi par le marxisme...
 
Dimanche, anniversaire de Georgette, en compagnie de Marie et d'un couple d'amis nous voici attablés dans le restaurant Chinois-Vietnamien situé à proximiité de son domicile. Comme souvent , les novices ont toutes les peines du monde à utiliser les baguettes et rapidement reprennent la fourchette qui finalment est s'un usage plus aisé. En ce Dimanche la salle est pleine et le repas se poursuit dans un ambiance agréable et détendue.Ensuite nous regagnons le domicile de notre amphitryon pour y déguster cette excellente liqueur Napoléon à base de mandarine.
 
 
Vendredi 11 Novembre excellente émisssion historique intitulée " Allemagne 1918" ou le point de vue Allemand sur cette année cruciale. Que de découvertes : Ludendorff, auréolé de la victoire de Tannenberg sur le front Est prend conscience, en 1918 que l'armée Allemande est exangue, à bout de force, le blocus des alliés, les grèves dans les usines d'armement,l'arrivée des troupes Américaines tous ces facteurs le décide à préconiser, au plus vite un armistice, mais soucieux de protéger l'honneur de l'armée il demande que ce soit les représentants du nouveau pouvoir qui en prennent la responsabilité, ce qui permettera d'accréditer la thèse du "coup de poignard dans le dos" Le Kaiser a fuit aux Pays Bas, le SPD tente de gouverner un pays en pleine anarchie(signature de l'armistice,pour l'anecdote:un officier membre de la commission se tourne vers la délégation Française et leur déclare: au revoir messieurs, rendez-vous dans 20 ans...)Suivant l'exemple de la Russie, les mutineries se répandent,principalement dans la marine, les spartakistes règnent à Berlin sous l'égide de Rosa Luxembourg et de Karl Liebknecht et le social-démocrate Ebert accueille solennellement les troupes de retour du front , défilant en ordre impeccable : je vous salue, vous qui revenez invaincus des combats !
 
Gustav Noske, ministre de la guerre, aidé en sous main par les Corps Francs,brise les spartakistes, Liebnecht et Luxembourg sont tués et l'année suivante ce sera Versailles et son traité impitoyable qui porte en lui la promesse d'une prochaine guerre. L'Allemagne doit accepter d'ètre considérée comme la seule responsable du conflit, son territoire est dépecé et Clémenceau, sourd et aveugle impose des dommages de guerre colossaux , l'industrie Allemande est démantelée, les mines de charbon de la Rhur pillées,la population est plongée dans la misère,la colère impuissante prépare déjà le lit du nazisme...
 
 
Dimanche sur France 2, un film haut de gamme des frères Coen : "No Country for old men" qui aurait pu ètre  sous titré: l'argent ne fait pas le bonheur de ceux qui n'en ont pas et qui voudrait bien en avoir... Llewelyn, vétéran du Vietman, découvre, dans le désert une scène de carnage : des corps ( de mexicians) gisent au sol après s'ètre entretués, dans un pick up, sous une bache une cargaison de drogue et, un peu plus loin, une mallette bourrée de dollars.Notre héros qui mène une existence médiocre et vivote dans des emplois incertains et peu rémunérés, s'en empare et c'est alors que ses malheurs commencent car un tueur psychopathe, Anton Chigurh est lancé à ses trousses avec pour mission de récupérer le magot.Ce dernier a trouvé le véhicule de Llewelyn et a identifié son propriétaire. Une chasse impitoyable commence , l'infortuné découvreur de trésor est suivi pas à pas à son grand étonnement et comprendra un peu tard en fouillant de plus près la mallette qu'un  emetteur y est caché et que son poursuivant, muni d'un récepteur sait exactement où il se cache.Le schérif de la bourgade(l'excellent Tmmy Lee Jones) où habite le vétéran, blasé et sans illusions sur les comportements humains tente d'éclaircir le mystère de la tuerie et de la disparition simultanée de son concitoyen, malheureusement, toujours en décalage il intervient alors que les carottes sont déjà cuites.... Carson Wells, chasseur de primes est lui aussi sur la piste du sérial tueur mais surestimant ses capacités il sera rapidement éliminé de la course. Finalement comme dans toute chasse à cours le gibier est perdant, Llewelyn sera achevé froidement et l'assassin méthodique, victime d'un accident de voiture banal dont il sort quasi indemme, se retrouvera dans un bled perdu sans avoir retrouvé la mallette magique.Le shérif, désabusé a donné sa démission et se retrouve en tête à tête avec son épouse, mettantsur pied un programme d'activités envisageables....
 
 
THE END
 
 
 
 
 
 
 
PETIT PROPOS SANS IMPORTANCE
 
   
Chèvre (de Monsieur Seguin ) : elle a un compte fesse bouc 
 
Aigle (Allemand): le Goh est lent
   
Arabe (bi sexuel): c'est un Ali Bi          Paludier : c'est le Celte de Guérande
 
Fourrure ( commerce de la) : Castor et peaux luxe
 
 
 
 
MERCI DE ME FAIRE PART DE VOS REMARQUES
 
Repost 0
Published by la peinture a l'huile c'est bien difficile
commenter cet article
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 23:00
 
bbbbbbhlbbhjkdk010-copie-1.jpg
Salut à vous visiteuses et visiteurs uniques, décidement les schtroumpfs deviennent de plus en plus hardis et n'hésitent pas à jouer les jolis coeurs ( et à prendre des risques en escaladant les toitures...) auprès de respectables mères de familles durant l'absence de leur époux.Il leur arrive même de faire main basse sur les bijoux de la maitresse de maison !En ce qui concerne le chien supposé ètre de garde , son attitude distante dénote une complicité évidente: ah ma p'auv dame ! à qui se fier par les temps qui courent!
 
 
Hier soir, petite séance de nostalgie : visionnage d'un DVD consacré à Jacques Brel retracant sa carrière depuis 1958 jusqu'en 1977. Première chanson : Quand on n'a que l'amour, s'accompagnant à la guitare, époque "Abbé Brel" ainsi que le disait son ami Brassens, mais déjà son immense talent se devinait. Je conserve le souvenir impérissable d'une représentation à l'Olympia, dans les années soixante,il n'interprétait pas, il vivait ses chansons, douloureux, révolté, torturé, les vieux étaient là, on les sentait vivre leurs dernières années et ne me quitte pas vous vrillait l'estomac. Je le revois encore (par chance mon amie de l'époque et moi étions placés dans les 5 premiers rangs) plongé dans le monde terrible de "ces gens là" le visage ruisselant de sueur, souffrant,en pleine épreuve, de tels instants demeurent gravés ad vitam éternam. Visitant un site, il y a peu j'ai lu avec un brin de commisération le commentaire d'une internaute plaçant Jean Ferrat au rang de chanteur du siècle, bien au dessus de Brel, sans vouloir polémiquer il faut quand même admettre que si ce chanteur compositeur avait un grand talent ,son expression scénique n'atteignait pas les sommets du tragique, pour mémoire i rappelons ce qu'en pensait un critique : Jean Ferrat: un jean Sablon saisi par le marxisme...
 
Dimanche, anniversaire de Georgette, en compagnie de Marie et d'un couple d'amis nous voici attablés dans le restaurant Chinois-Vietnamien situé à proximiité de son domicile. Comme souvent , les novices ont toutes les peines du monde à utiliser les baguettes et rapidement reprennent la fourchette qui finalment est s'un usage plus aisé. En ce Dimanche la salle est pleine et le repas se poursuit dans un ambiance agréable et détendue.Ensuite nous regagnons le domicile de notre amphitryon pour y déguster cette excellente liqueur Napoléon à base de mandarine.
 
 
Vendredi 11 Novembre excellente émisssion historique intitulée " Allemagne 1918" ou le point de vue Allemand sur cette année cruciale. Que de découvertes : Ludendorff, auréolé de la victoire de Tannenberg sur le front Est prend conscience, en 1918 que l'armée Allemande est exangue, à bout de force, le blocus des alliés, les grèves dans les usines d'armement,l'arrivée des troupes Américaines tous ces facteurs le décide à préconiser, au plus vite un armistice, mais soucieux de protéger l'honneur de l'armée il demande que ce soit les représentants du nouveau pouvoir qui en prennent la responsabilité, ce qui permettera d'accréditer la thèse du "coup de poignard dans le dos" Le Kaiser a fuit aux Pays Bas, le SPD tente de gouverner un pays en pleine anarchie(signature de l'armistice,pour l'anecdote:un officier membre de la commission se tourne vers la délégation Française et leur déclare: au revoir messieurs, rendez-vous dans 20 ans...)Suivant l'exemple de la Russie, les mutineries se répandent,principalement dans la marine, les spartakistes règnent à Berlin sous l'égide de Rosa Luxembourg et de Karl Liebknecht et le social-démocrate Ebert accueille solennellement les troupes de retour du front , défilant en ordre impeccable : je vous salue, vous qui revenez invaincus des combats !
 
Gustav Noske, ministre de la guerre, aidé en sous main par les Corps Francs,brise les spartakistes, Liebnecht et Luxembourg sont tués et l'année suivante ce sera Versailles et son traité impitoyable qui porte en lui la promesse d'une prochaine guerre. L'Allemagne doit accepter d'ètre considérée comme la seule responsable du conflit, son territoire est dépecé et Clémenceau, sourd et aveugle impose des dommages de guerre colossaux , l'industrie Allemande est démantelée, les mines de charbon de la Rhur pillées,la population est plongée dans la misère,la colère impuissante prépare déjà le lit du nazisme...
 
 
Dimanche sur France 2, un film haut de gamme des frères Coen : "No Country for old men" qui aurait pu ètre  sous titré: l'argent ne fait pas le bonheur de ceux qui n'en ont pas et qui voudrait bien en avoir... Llewelyn, vétéran du Vietman, découvre, dans le désert une scène de carnage : des corps ( de mexicians) gisent au sol après s'ètre entretués, dans un pick up, sous une bache une cargaison de drogue et, un peu plus loin, une mallette bourrée de dollars.Notre héros qui mène une existence médiocre et vivote dans des emplois incertains et peu rémunérés, s'en empare et c'est alors que ses malheurs commencent car un tueur psychopathe, Anton Chigurh est lancé à ses trousses avec pour mission de récupérer le magot.Ce dernier a trouvé le véhicule de Llewelyn et a identifié son propriétaire. Une chasse impitoyable commence , l'infortuné découvreur de trésor est suivi pas à pas à son grand étonnement et comprendra un peu tard en fouillant de plus près la mallette qu'un  emetteur y est caché et que son poursuivant, muni d'un récepteur sait exactement où il se cache.Le schérif de la bourgade(l'excellent Tmmy Lee Jones) où habite le vétéran, blasé et sans illusions sur les comportements humains tente d'éclaircir le mystère de la tuerie et de la disparition simultanée de son concitoyen, malheureusement, toujours en décalage il intervient alors que les carottes sont déjà cuites.... Carson Wells, chasseur de primes est lui aussi sur la piste du sérial tueur mais surestimant ses capacités il sera rapidement éliminé de la course. Finalement comme dans toute chasse à cours le gibier est perdant, Llewelyn sera achevé froidement et l'assassin méthodique, victime d'un accident de voiture banal dont il sort quasi indemme, se retrouvera dans un bled perdu sans avoir retrouvé la mallette magique.Le shérif, désabusé a donné sa démission et se retrouve en tête à tête avec son épouse, mettantsur pied un programme d'activités envisageables....
 
 
THE END
 
 
 
 
 
 
 
PETIT PROPOS SANS IMPORTANCE
 
   
Chèvre (de Monsieur Seguin ) : elle a un compte fesse bouc 
 
Aigle (Allemand): le Goh est lent
   
Arabe (bi sexuel): c'est un Ali Bi          Paludier : c'est le Celte de Guérande
 
Fourrure ( commerce de la) : Castor et peaux luxe
 
 
 
 
MERCI DE ME FAIRE PART DE VOS REMARQUES
 
Repost 0
Published by la peinture a l'huile c'est bien difficile
commenter cet article
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 23:00
 
bbbbbbhlbbhjkdk010-copie-1.jpg
Salut à vous visiteuses et visiteurs uniques, décidement les schtroumpfs deviennent de plus en plus hardis et n'hésitent pas à jouer les jolis coeurs ( et à prendre des risques en escaladant les toitures...) auprès de respectables mères de familles durant l'absence de leur époux.Il leur arrive même de faire main basse sur les bijoux de la maitresse de maison !En ce qui concerne le chien supposé ètre de garde , son attitude distante dénote une complicité évidente: ah ma p'auv dame ! à qui se fier par les temps qui courent!
 
 
Hier soir, petite séance de nostalgie : visionnage d'un DVD consacré à Jacques Brel retracant sa carrière depuis 1958 jusqu'en 1977. Première chanson : Quand on n'a que l'amour, s'accompagnant à la guitare, époque "Abbé Brel" ainsi que le disait son ami Brassens, mais déjà son immense talent se devinait. Je conserve le souvenir impérissable d'une représentation à l'Olympia, dans les années soixante,il n'interprétait pas, il vivait ses chansons, douloureux, révolté, torturé, les vieux étaient là, on les sentait vivre leurs dernières années et ne me quitte pas vous vrillait l'estomac. Je le revois encore (par chance mon amie de l'époque et moi étions placés dans les 5 premiers rangs) plongé dans le monde terrible de "ces gens là" le visage ruisselant de sueur, souffrant,en pleine épreuve, de tels instants demeurent gravés ad vitam éternam. Visitant un site, il y a peu j'ai lu avec un brin de commisération le commentaire d'une internaute plaçant Jean Ferrat au rang de chanteur du siècle, bien au dessus de Brel, sans vouloir polémiquer il faut quand même admettre que si ce chanteur compositeur avait un grand talent ,son expression scénique n'atteignait pas les sommets du tragique, pour mémoire i rappelons ce qu'en pensait un critique : Jean Ferrat: un jean Sablon saisi par le marxisme...
 
Dimanche, anniversaire de Georgette, en compagnie de Marie et d'un couple d'amis nous voici attablés dans le restaurant Chinois-Vietnamien situé à proximiité de son domicile. Comme souvent , les novices ont toutes les peines du monde à utiliser les baguettes et rapidement reprennent la fourchette qui finalment est s'un usage plus aisé. En ce Dimanche la salle est pleine et le repas se poursuit dans un ambiance agréable et détendue.Ensuite nous regagnons le domicile de notre amphitryon pour y déguster cette excellente liqueur Napoléon à base de mandarine.
 
 
Vendredi 11 Novembre excellente émisssion historique intitulée " Allemagne 1918" ou le point de vue Allemand sur cette année cruciale. Que de découvertes : Ludendorff, auréolé de la victoire de Tannenberg sur le front Est prend conscience, en 1918 que l'armée Allemande est exangue, à bout de force, le blocus des alliés, les grèves dans les usines d'armement,l'arrivée des troupes Américaines tous ces facteurs le décide à préconiser, au plus vite un armistice, mais soucieux de protéger l'honneur de l'armée il demande que ce soit les représentants du nouveau pouvoir qui en prennent la responsabilité, ce qui permettera d'accréditer la thèse du "coup de poignard dans le dos" Le Kaiser a fuit aux Pays Bas, le SPD tente de gouverner un pays en pleine anarchie(signature de l'armistice,pour l'anecdote:un officier membre de la commission se tourne vers la délégation Française et leur déclare: au revoir messieurs, rendez-vous dans 20 ans...)Suivant l'exemple de la Russie, les mutineries se répandent,principalement dans la marine, les spartakistes règnent à Berlin sous l'égide de Rosa Luxembourg et de Karl Liebknecht et le social-démocrate Ebert accueille solennellement les troupes de retour du front , défilant en ordre impeccable : je vous salue, vous qui revenez invaincus des combats !
 
Gustav Noske, ministre de la guerre, aidé en sous main par les Corps Francs,brise les spartakistes, Liebnecht et Luxembourg sont tués et l'année suivante ce sera Versailles et son traité impitoyable qui porte en lui la promesse d'une prochaine guerre. L'Allemagne doit accepter d'ètre considérée comme la seule responsable du conflit, son territoire est dépecé et Clémenceau, sourd et aveugle impose des dommages de guerre colossaux , l'industrie Allemande est démantelée, les mines de charbon de la Rhur pillées,la population est plongée dans la misère,la colère impuissante prépare déjà le lit du nazisme...
 
 
Dimanche sur France 2, un film haut de gamme des frères Coen : "No Country for old men" qui aurait pu ètre  sous titré: l'argent ne fait pas le bonheur de ceux qui n'en ont pas et qui voudrait bien en avoir... Llewelyn, vétéran du Vietman, découvre, dans le désert une scène de carnage : des corps ( de mexicians) gisent au sol après s'ètre entretués, dans un pick up, sous une bache une cargaison de drogue et, un peu plus loin, une mallette bourrée de dollars.Notre héros qui mène une existence médiocre et vivote dans des emplois incertains et peu rémunérés, s'en empare et c'est alors que ses malheurs commencent car un tueur psychopathe, Anton Chigurh est lancé à ses trousses avec pour mission de récupérer le magot.Ce dernier a trouvé le véhicule de Llewelyn et a identifié son propriétaire. Une chasse impitoyable commence , l'infortuné découvreur de trésor est suivi pas à pas à son grand étonnement et comprendra un peu tard en fouillant de plus près la mallette qu'un  emetteur y est caché et que son poursuivant, muni d'un récepteur sait exactement où il se cache.Le schérif de la bourgade(l'excellent Tmmy Lee Jones) où habite le vétéran, blasé et sans illusions sur les comportements humains tente d'éclaircir le mystère de la tuerie et de la disparition simultanée de son concitoyen, malheureusement, toujours en décalage il intervient alors que les carottes sont déjà cuites.... Carson Wells, chasseur de primes est lui aussi sur la piste du sérial tueur mais surestimant ses capacités il sera rapidement éliminé de la course. Finalement comme dans toute chasse à cours le gibier est perdant, Llewelyn sera achevé froidement et l'assassin méthodique, victime d'un accident de voiture banal dont il sort quasi indemme, se retrouvera dans un bled perdu sans avoir retrouvé la mallette magique.Le shérif, désabusé a donné sa démission et se retrouve en tête à tête avec son épouse, mettantsur pied un programme d'activités envisageables....
 
 
THE END
 
 
 
 
 
 
 
PETIT PROPOS SANS IMPORTANCE
 
   
Chèvre (de Monsieur Seguin ) : elle a un compte fesse bouc 
 
Aigle (Allemand): le Goh est lent
   
Arabe (bi sexuel): c'est un Ali Bi          Paludier : c'est le Celte de Guérande
 
Fourrure ( commerce de la) : Castor et peaux luxe
 
 
 
 
MERCI DE ME FAIRE PART DE VOS REMARQUES
 
Repost 0
Published by la peinture a l'huile c'est bien difficile
commenter cet article
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 22:59
 
bbbbbbhlbbhjkdk010-copie-1.jpg
Salut à vous visiteuses et visiteurs uniques, décidement les schtroumpfs deviennent de plus en plus hardis et n'hésitent pas à jouer les jolis coeurs ( et à prendre des risques en escaladant les toitures...) auprès de respectables mères de familles durant l'absence de leur époux.Il leur arrive même de faire main basse sur les bijoux de la maitresse de maison !En ce qui concerne le chien supposé ètre de garde , son attitude distante dénote une complicité évidente: ah ma p'auv dame ! à qui se fier par les temps qui courent!
 
 
Hier soir, petite séance de nostalgie : visionnage d'un DVD consacré à Jacques Brel retracant sa carrière depuis 1958 jusqu'en 1977. Première chanson : Quand on n'a que l'amour, s'accompagnant à la guitare, époque "Abbé Brel" ainsi que le disait son ami Brassens, mais déjà son immense talent se devinait. Je conserve le souvenir impérissable d'une représentation à l'Olympia, dans les années soixante,il n'interprétait pas, il vivait ses chansons, douloureux, révolté, torturé, les vieux étaient là, on les sentait vivre leurs dernières années et ne me quitte pas vous vrillait l'estomac. Je le revois encore (par chance mon amie de l'époque et moi étions placés dans les 5 premiers rangs) plongé dans le monde terrible de "ces gens là" le visage ruisselant de sueur, souffrant,en pleine épreuve, de tels instants demeurent gravés ad vitam éternam. Visitant un site, il y a peu j'ai lu avec un brin de commisération le commentaire d'une internaute plaçant Jean Ferrat au rang de chanteur du siècle, bien au dessus de Brel, sans vouloir polémiquer il faut quand même admettre que si ce chanteur compositeur avait un grand talent ,son expression scénique n'atteignait pas les sommets du tragique, pour mémoire i rappelons ce qu'en pensait un critique : Jean Ferrat: un jean Sablon saisi par le marxisme...
 
Dimanche, anniversaire de Georgette, en compagnie de Marie et d'un couple d'amis nous voici attablés dans le restaurant Chinois-Vietnamien situé à proximiité de son domicile. Comme souvent , les novices ont toutes les peines du monde à utiliser les baguettes et rapidement reprennent la fourchette qui finalment est s'un usage plus aisé. En ce Dimanche la salle est pleine et le repas se poursuit dans un ambiance agréable et détendue.Ensuite nous regagnons le domicile de notre amphitryon pour y déguster cette excellente liqueur Napoléon à base de mandarine.
 
 
Vendredi 11 Novembre excellente émisssion historique intitulée " Allemagne 1918" ou le point de vue Allemand sur cette année cruciale. Que de découvertes : Ludendorff, auréolé de la victoire de Tannenberg sur le front Est prend conscience, en 1918 que l'armée Allemande est exangue, à bout de force, le blocus des alliés, les grèves dans les usines d'armement,l'arrivée des troupes Américaines tous ces facteurs le décide à préconiser, au plus vite un armistice, mais soucieux de protéger l'honneur de l'armée il demande que ce soit les représentants du nouveau pouvoir qui en prennent la responsabilité, ce qui permettera d'accréditer la thèse du "coup de poignard dans le dos" Le Kaiser a fuit aux Pays Bas, le SPD tente de gouverner un pays en pleine anarchie(signature de l'armistice,pour l'anecdote:un officier membre de la commission se tourne vers la délégation Française et leur déclare: au revoir messieurs, rendez-vous dans 20 ans...)Suivant l'exemple de la Russie, les mutineries se répandent,principalement dans la marine, les spartakistes règnent à Berlin sous l'égide de Rosa Luxembourg et de Karl Liebknecht et le social-démocrate Ebert accueille solennellement les troupes de retour du front , défilant en ordre impeccable : je vous salue, vous qui revenez invaincus des combats !
 
Gustav Noske, ministre de la guerre, aidé en sous main par les Corps Francs,brise les spartakistes, Liebnecht et Luxembourg sont tués et l'année suivante ce sera Versailles et son traité impitoyable qui porte en lui la promesse d'une prochaine guerre. L'Allemagne doit accepter d'ètre considérée comme la seule responsable du conflit, son territoire est dépecé et Clémenceau, sourd et aveugle impose des dommages de guerre colossaux , l'industrie Allemande est démantelée, les mines de charbon de la Rhur pillées,la population est plongée dans la misère,la colère impuissante prépare déjà le lit du nazisme...
 
 
Dimanche sur France 2, un film haut de gamme des frères Coen : "No Country for old men" qui aurait pu ètre  sous titré: l'argent ne fait pas le bonheur de ceux qui n'en ont pas et qui voudrait bien en avoir... Llewelyn, vétéran du Vietman, découvre, dans le désert une scène de carnage : des corps ( de mexicians) gisent au sol après s'ètre entretués, dans un pick up, sous une bache une cargaison de drogue et, un peu plus loin, une mallette bourrée de dollars.Notre héros qui mène une existence médiocre et vivote dans des emplois incertains et peu rémunérés, s'en empare et c'est alors que ses malheurs commencent car un tueur psychopathe, Anton Chigurh est lancé à ses trousses avec pour mission de récupérer le magot.Ce dernier a trouvé le véhicule de Llewelyn et a identifié son propriétaire. Une chasse impitoyable commence , l'infortuné découvreur de trésor est suivi pas à pas à son grand étonnement et comprendra un peu tard en fouillant de plus près la mallette qu'un  emetteur y est caché et que son poursuivant, muni d'un récepteur sait exactement où il se cache.Le schérif de la bourgade(l'excellent Tmmy Lee Jones) où habite le vétéran, blasé et sans illusions sur les comportements humains tente d'éclaircir le mystère de la tuerie et de la disparition simultanée de son concitoyen, malheureusement, toujours en décalage il intervient alors que les carottes sont déjà cuites.... Carson Wells, chasseur de primes est lui aussi sur la piste du sérial tueur mais surestimant ses capacités il sera rapidement éliminé de la course. Finalement comme dans toute chasse à cours le gibier est perdant, Llewelyn sera achevé froidement et l'assassin méthodique, victime d'un accident de voiture banal dont il sort quasi indemme, se retrouvera dans un bled perdu sans avoir retrouvé la mallette magique.Le shérif, désabusé a donné sa démission et se retrouve en tête à tête avec son épouse, mettantsur pied un programme d'activités envisageables....
 
 
THE END
 
 
 
 
 
 
 
PETIT PROPOS SANS IMPORTANCE
 
   
Chèvre (de Monsieur Seguin ) : elle a un compte fesse bouc 
 
Aigle (Allemand): le Goh est lent
   
Arabe (bi sexuel): c'est un Ali Bi          Paludier : c'est le Celte de Guérande
 
Fourrure ( commerce de la) : Castor et peaux luxe
 
 
 
 
MERCI DE ME FAIRE PART DE VOS REMARQUES
 
Repost 0
Published by la peinture a l'huile c'est bien difficile
commenter cet article
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 22:59
 
bbbbbbhlbbhjkdk010-copie-1.jpg
Salut à vous visiteuses et visiteurs uniques, décidement les schtroumpfs deviennent de plus en plus hardis et n'hésitent pas à jouer les jolis coeurs ( et à prendre des risques en escaladant les toitures...) auprès de respectables mères de familles durant l'absence de leur époux.Il leur arrive même de faire main basse sur les bijoux de la maitresse de maison !En ce qui concerne le chien supposé ètre de garde , son attitude distante dénote une complicité évidente: ah ma p'auv dame ! à qui se fier par les temps qui courent!
 
 
Hier soir, petite séance de nostalgie : visionnage d'un DVD consacré à Jacques Brel retracant sa carrière depuis 1958 jusqu'en 1977. Première chanson : Quand on n'a que l'amour, s'accompagnant à la guitare, époque "Abbé Brel" ainsi que le disait son ami Brassens, mais déjà son immense talent se devinait. Je conserve le souvenir impérissable d'une représentation à l'Olympia, dans les années soixante,il n'interprétait pas, il vivait ses chansons, douloureux, révolté, torturé, les vieux étaient là, on les sentait vivre leurs dernières années et ne me quitte pas vous vrillait l'estomac. Je le revois encore (par chance mon amie de l'époque et moi étions placés dans les 5 premiers rangs) plongé dans le monde terrible de "ces gens là" le visage ruisselant de sueur, souffrant,en pleine épreuve, de tels instants demeurent gravés ad vitam éternam. Visitant un site, il y a peu j'ai lu avec un brin de commisération le commentaire d'une internaute plaçant Jean Ferrat au rang de chanteur du siècle, bien au dessus de Brel, sans vouloir polémiquer il faut quand même admettre que si ce chanteur compositeur avait un grand talent ,son expression scénique n'atteignait pas les sommets du tragique, pour mémoire i rappelons ce qu'en pensait un critique : Jean Ferrat: un jean Sablon saisi par le marxisme...
 
Dimanche, anniversaire de Georgette, en compagnie de Marie et d'un couple d'amis nous voici attablés dans le restaurant Chinois-Vietnamien situé à proximiité de son domicile. Comme souvent , les novices ont toutes les peines du monde à utiliser les baguettes et rapidement reprennent la fourchette qui finalment est s'un usage plus aisé. En ce Dimanche la salle est pleine et le repas se poursuit dans un ambiance agréable et détendue.Ensuite nous regagnons le domicile de notre amphitryon pour y déguster cette excellente liqueur Napoléon à base de mandarine.
 
 
Vendredi 11 Novembre excellente émisssion historique intitulée " Allemagne 1918" ou le point de vue Allemand sur cette année cruciale. Que de découvertes : Ludendorff, auréolé de la victoire de Tannenberg sur le front Est prend conscience, en 1918 que l'armée Allemande est exangue, à bout de force, le blocus des alliés, les grèves dans les usines d'armement,l'arrivée des troupes Américaines tous ces facteurs le décide à préconiser, au plus vite un armistice, mais soucieux de protéger l'honneur de l'armée il demande que ce soit les représentants du nouveau pouvoir qui en prennent la responsabilité, ce qui permettera d'accréditer la thèse du "coup de poignard dans le dos" Le Kaiser a fuit aux Pays Bas, le SPD tente de gouverner un pays en pleine anarchie(signature de l'armistice,pour l'anecdote:un officier membre de la commission se tourne vers la délégation Française et leur déclare: au revoir messieurs, rendez-vous dans 20 ans...)Suivant l'exemple de la Russie, les mutineries se répandent,principalement dans la marine, les spartakistes règnent à Berlin sous l'égide de Rosa Luxembourg et de Karl Liebknecht et le social-démocrate Ebert accueille solennellement les troupes de retour du front , défilant en ordre impeccable : je vous salue, vous qui revenez invaincus des combats !
 
Gustav Noske, ministre de la guerre, aidé en sous main par les Corps Francs,brise les spartakistes, Liebnecht et Luxembourg sont tués et l'année suivante ce sera Versailles et son traité impitoyable qui porte en lui la promesse d'une prochaine guerre. L'Allemagne doit accepter d'ètre considérée comme la seule responsable du conflit, son territoire est dépecé et Clémenceau, sourd et aveugle impose des dommages de guerre colossaux , l'industrie Allemande est démantelée, les mines de charbon de la Rhur pillées,la population est plongée dans la misère,la colère impuissante prépare déjà le lit du nazisme...
 
 
Dimanche sur France 2, un film haut de gamme des frères Coen : "No Country for old men" qui aurait pu ètre  sous titré: l'argent ne fait pas le bonheur de ceux qui n'en ont pas et qui voudrait bien en avoir... Llewelyn, vétéran du Vietman, découvre, dans le désert une scène de carnage : des corps ( de mexicians) gisent au sol après s'ètre entretués, dans un pick up, sous une bache une cargaison de drogue et, un peu plus loin, une mallette bourrée de dollars.Notre héros qui mène une existence médiocre et vivote dans des emplois incertains et peu rémunérés, s'en empare et c'est alors que ses malheurs commencent car un tueur psychopathe, Anton Chigurh est lancé à ses trousses avec pour mission de récupérer le magot.Ce dernier a trouvé le véhicule de Llewelyn et a identifié son propriétaire. Une chasse impitoyable commence , l'infortuné découvreur de trésor est suivi pas à pas à son grand étonnement et comprendra un peu tard en fouillant de plus près la mallette qu'un  emetteur y est caché et que son poursuivant, muni d'un récepteur sait exactement où il se cache.Le schérif de la bourgade(l'excellent Tmmy Lee Jones) où habite le vétéran, blasé et sans illusions sur les comportements humains tente d'éclaircir le mystère de la tuerie et de la disparition simultanée de son concitoyen, malheureusement, toujours en décalage il intervient alors que les carottes sont déjà cuites.... Carson Wells, chasseur de primes est lui aussi sur la piste du sérial tueur mais surestimant ses capacités il sera rapidement éliminé de la course. Finalement comme dans toute chasse à cours le gibier est perdant, Llewelyn sera achevé froidement et l'assassin méthodique, victime d'un accident de voiture banal dont il sort quasi indemme, se retrouvera dans un bled perdu sans avoir retrouvé la mallette magique.Le shérif, désabusé a donné sa démission et se retrouve en tête à tête avec son épouse, mettantsur pied un programme d'activités envisageables....
 
 
THE END
 
 
 
 
 
 
 
PETIT PROPOS SANS IMPORTANCE
 
   
Chèvre (de Monsieur Seguin ) : elle a un compte fesse bouc 
 
Aigle (Allemand): le Goh est lent
   
Arabe (bi sexuel): c'est un Ali Bi          Paludier : c'est le Celte de Guérande
 
Fourrure ( commerce de la) : Castor et peaux luxe
 
 
 
 
MERCI DE ME FAIRE PART DE VOS REMARQUES
 
Repost 0
Published by la peinture a l'huile c'est bien difficile
commenter cet article
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 22:58
 
bbbbbbhlbbhjkdk010-copie-1.jpg
Salut à vous visiteuses et visiteurs uniques, décidement les schtroumpfs deviennent de plus en plus hardis et n'hésitent pas à jouer les jolis coeurs ( et à prendre des risques en escaladant les toitures...) auprès de respectables mères de familles durant l'absence de leur époux.Il leur arrive même de faire main basse sur les bijoux de la maitresse de maison !En ce qui concerne le chien supposé ètre de garde , son attitude distante dénote une complicité évidente: ah ma p'auv dame ! à qui se fier par les temps qui courent!
 
 
Hier soir, petite séance de nostalgie : visionnage d'un DVD consacré à Jacques Brel retracant sa carrière depuis 1958 jusqu'en 1977. Première chanson : Quand on n'a que l'amour, s'accompagnant à la guitare, époque "Abbé Brel" ainsi que le disait son ami Brassens, mais déjà son immense talent se devinait. Je conserve le souvenir impérissable d'une représentation à l'Olympia, dans les années soixante,il n'interprétait pas, il vivait ses chansons, douloureux, révolté, torturé, les vieux étaient là, on les sentait vivre leurs dernières années et ne me quitte pas vous vrillait l'estomac. Je le revois encore (par chance mon amie de l'époque et moi étions placés dans les 5 premiers rangs) plongé dans le monde terrible de "ces gens là" le visage ruisselant de sueur, souffrant,en pleine épreuve, de tels instants demeurent gravés ad vitam éternam. Visitant un site, il y a peu j'ai lu avec un brin de commisération le commentaire d'une internaute plaçant Jean Ferrat au rang de chanteur du siècle, bien au dessus de Brel, sans vouloir polémiquer il faut quand même admettre que si ce chanteur compositeur avait un grand talent ,son expression scénique n'atteignait pas les sommets du tragique, pour mémoire i rappelons ce qu'en pensait un critique : Jean Ferrat: un jean Sablon saisi par le marxisme...
 
Dimanche, anniversaire de Georgette, en compagnie de Marie et d'un couple d'amis nous voici attablés dans le restaurant Chinois-Vietnamien situé à proximiité de son domicile. Comme souvent , les novices ont toutes les peines du monde à utiliser les baguettes et rapidement reprennent la fourchette qui finalment est s'un usage plus aisé. En ce Dimanche la salle est pleine et le repas se poursuit dans un ambiance agréable et détendue.Ensuite nous regagnons le domicile de notre amphitryon pour y déguster cette excellente liqueur Napoléon à base de mandarine.
 
 
Vendredi 11 Novembre excellente émisssion historique intitulée " Allemagne 1918" ou le point de vue Allemand sur cette année cruciale. Que de découvertes : Ludendorff, auréolé de la victoire de Tannenberg sur le front Est prend conscience, en 1918 que l'armée Allemande est exangue, à bout de force, le blocus des alliés, les grèves dans les usines d'armement,l'arrivée des troupes Américaines tous ces facteurs le décide à préconiser, au plus vite un armistice, mais soucieux de protéger l'honneur de l'armée il demande que ce soit les représentants du nouveau pouvoir qui en prennent la responsabilité, ce qui permettera d'accréditer la thèse du "coup de poignard dans le dos" Le Kaiser a fuit aux Pays Bas, le SPD tente de gouverner un pays en pleine anarchie(signature de l'armistice,pour l'anecdote:un officier membre de la commission se tourne vers la délégation Française et leur déclare: au revoir messieurs, rendez-vous dans 20 ans...)Suivant l'exemple de la Russie, les mutineries se répandent,principalement dans la marine, les spartakistes règnent à Berlin sous l'égide de Rosa Luxembourg et de Karl Liebknecht et le social-démocrate Ebert accueille solennellement les troupes de retour du front , défilant en ordre impeccable : je vous salue, vous qui revenez invaincus des combats !
 
Gustav Noske, ministre de la guerre, aidé en sous main par les Corps Francs,brise les spartakistes, Liebnecht et Luxembourg sont tués et l'année suivante ce sera Versailles et son traité impitoyable qui porte en lui la promesse d'une prochaine guerre. L'Allemagne doit accepter d'ètre considérée comme la seule responsable du conflit, son territoire est dépecé et Clémenceau, sourd et aveugle impose des dommages de guerre colossaux , l'industrie Allemande est démantelée, les mines de charbon de la Rhur pillées,la population est plongée dans la misère,la colère impuissante prépare déjà le lit du nazisme...
 
 
Dimanche sur France 2, un film haut de gamme des frères Coen : "No Country for old men" qui aurait pu ètre  sous titré: l'argent ne fait pas le bonheur de ceux qui n'en ont pas et qui voudrait bien en avoir... Llewelyn, vétéran du Vietman, découvre, dans le désert une scène de carnage : des corps ( de mexicians) gisent au sol après s'ètre entretués, dans un pick up, sous une bache une cargaison de drogue et, un peu plus loin, une mallette bourrée de dollars.Notre héros qui mène une existence médiocre et vivote dans des emplois incertains et peu rémunérés, s'en empare et c'est alors que ses malheurs commencent car un tueur psychopathe, Anton Chigurh est lancé à ses trousses avec pour mission de récupérer le magot.Ce dernier a trouvé le véhicule de Llewelyn et a identifié son propriétaire. Une chasse impitoyable commence , l'infortuné découvreur de trésor est suivi pas à pas à son grand étonnement et comprendra un peu tard en fouillant de plus près la mallette qu'un  emetteur y est caché et que son poursuivant, muni d'un récepteur sait exactement où il se cache.Le schérif de la bourgade(l'excellent Tmmy Lee Jones) où habite le vétéran, blasé et sans illusions sur les comportements humains tente d'éclaircir le mystère de la tuerie et de la disparition simultanée de son concitoyen, malheureusement, toujours en décalage il intervient alors que les carottes sont déjà cuites.... Carson Wells, chasseur de primes est lui aussi sur la piste du sérial tueur mais surestimant ses capacités il sera rapidement éliminé de la course. Finalement comme dans toute chasse à cours le gibier est perdant, Llewelyn sera achevé froidement et l'assassin méthodique, victime d'un accident de voiture banal dont il sort quasi indemme, se retrouvera dans un bled perdu sans avoir retrouvé la mallette magique.Le shérif, désabusé a donné sa démission et se retrouve en tête à tête avec son épouse, mettantsur pied un programme d'activités envisageables....
 
 
THE END
 
 
 
 
 
 
 
PETIT PROPOS SANS IMPORTANCE
 
   
Chèvre (de Monsieur Seguin ) : elle a un compte fesse bouc 
 
Aigle (Allemand): le Goh est lent
   
Arabe (bi sexuel): c'est un Ali Bi          Paludier : c'est le Celte de Guérande
 
Fourrure ( commerce de la) : Castor et peaux luxe
 
 
 
 
MERCI DE ME FAIRE PART DE VOS REMARQUES
 
Repost 0
Published by la peinture a l'huile c'est bien difficile
commenter cet article
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 22:58
 
bbbbbbhlbbhjkdk010-copie-1.jpg
Salut à vous visiteuses et visiteurs uniques, décidement les schtroumpfs deviennent de plus en plus hardis et n'hésitent pas à jouer les jolis coeurs ( et à prendre des risques en escaladant les toitures...) auprès de respectables mères de familles durant l'absence de leur époux.Il leur arrive même de faire main basse sur les bijoux de la maitresse de maison !En ce qui concerne le chien supposé ètre de garde , son attitude distante dénote une complicité évidente: ah ma p'auv dame ! à qui se fier par les temps qui courent!
 
 
Hier soir, petite séance de nostalgie : visionnage d'un DVD consacré à Jacques Brel retracant sa carrière depuis 1958 jusqu'en 1977. Première chanson : Quand on n'a que l'amour, s'accompagnant à la guitare, époque "Abbé Brel" ainsi que le disait son ami Brassens, mais déjà son immense talent se devinait. Je conserve le souvenir impérissable d'une représentation à l'Olympia, dans les années soixante,il n'interprétait pas, il vivait ses chansons, douloureux, révolté, torturé, les vieux étaient là, on les sentait vivre leurs dernières années et ne me quitte pas vous vrillait l'estomac. Je le revois encore (par chance mon amie de l'époque et moi étions placés dans les 5 premiers rangs) plongé dans le monde terrible de "ces gens là" le visage ruisselant de sueur, souffrant,en pleine épreuve, de tels instants demeurent gravés ad vitam éternam. Visitant un site, il y a peu j'ai lu avec un brin de commisération le commentaire d'une internaute plaçant Jean Ferrat au rang de chanteur du siècle, bien au dessus de Brel, sans vouloir polémiquer il faut quand même admettre que si ce chanteur compositeur avait un grand talent ,son expression scénique n'atteignait pas les sommets du tragique, pour mémoire i rappelons ce qu'en pensait un critique : Jean Ferrat: un jean Sablon saisi par le marxisme...
 
Dimanche, anniversaire de Georgette, en compagnie de Marie et d'un couple d'amis nous voici attablés dans le restaurant Chinois-Vietnamien situé à proximiité de son domicile. Comme souvent , les novices ont toutes les peines du monde à utiliser les baguettes et rapidement reprennent la fourchette qui finalment est s'un usage plus aisé. En ce Dimanche la salle est pleine et le repas se poursuit dans un ambiance agréable et détendue.Ensuite nous regagnons le domicile de notre amphitryon pour y déguster cette excellente liqueur Napoléon à base de mandarine.
 
 
Vendredi 11 Novembre excellente émisssion historique intitulée " Allemagne 1918" ou le point de vue Allemand sur cette année cruciale. Que de découvertes : Ludendorff, auréolé de la victoire de Tannenberg sur le front Est prend conscience, en 1918 que l'armée Allemande est exangue, à bout de force, le blocus des alliés, les grèves dans les usines d'armement,l'arrivée des troupes Américaines tous ces facteurs le décide à préconiser, au plus vite un armistice, mais soucieux de protéger l'honneur de l'armée il demande que ce soit les représentants du nouveau pouvoir qui en prennent la responsabilité, ce qui permettera d'accréditer la thèse du "coup de poignard dans le dos" Le Kaiser a fuit aux Pays Bas, le SPD tente de gouverner un pays en pleine anarchie(signature de l'armistice,pour l'anecdote:un officier membre de la commission se tourne vers la délégation Française et leur déclare: au revoir messieurs, rendez-vous dans 20 ans...)Suivant l'exemple de la Russie, les mutineries se répandent,principalement dans la marine, les spartakistes règnent à Berlin sous l'égide de Rosa Luxembourg et de Karl Liebknecht et le social-démocrate Ebert accueille solennellement les troupes de retour du front , défilant en ordre impeccable : je vous salue, vous qui revenez invaincus des combats !
 
Gustav Noske, ministre de la guerre, aidé en sous main par les Corps Francs,brise les spartakistes, Liebnecht et Luxembourg sont tués et l'année suivante ce sera Versailles et son traité impitoyable qui porte en lui la promesse d'une prochaine guerre. L'Allemagne doit accepter d'ètre considérée comme la seule responsable du conflit, son territoire est dépecé et Clémenceau, sourd et aveugle impose des dommages de guerre colossaux , l'industrie Allemande est démantelée, les mines de charbon de la Rhur pillées,la population est plongée dans la misère,la colère impuissante prépare déjà le lit du nazisme...
 
 
Dimanche sur France 2, un film haut de gamme des frères Coen : "No Country for old men" qui aurait pu ètre  sous titré: l'argent ne fait pas le bonheur de ceux qui n'en ont pas et qui voudrait bien en avoir... Llewelyn, vétéran du Vietman, découvre, dans le désert une scène de carnage : des corps ( de mexicians) gisent au sol après s'ètre entretués, dans un pick up, sous une bache une cargaison de drogue et, un peu plus loin, une mallette bourrée de dollars.Notre héros qui mène une existence médiocre et vivote dans des emplois incertains et peu rémunérés, s'en empare et c'est alors que ses malheurs commencent car un tueur psychopathe, Anton Chigurh est lancé à ses trousses avec pour mission de récupérer le magot.Ce dernier a trouvé le véhicule de Llewelyn et a identifié son propriétaire. Une chasse impitoyable commence , l'infortuné découvreur de trésor est suivi pas à pas à son grand étonnement et comprendra un peu tard en fouillant de plus près la mallette qu'un  emetteur y est caché et que son poursuivant, muni d'un récepteur sait exactement où il se cache.Le schérif de la bourgade(l'excellent Tmmy Lee Jones) où habite le vétéran, blasé et sans illusions sur les comportements humains tente d'éclaircir le mystère de la tuerie et de la disparition simultanée de son concitoyen, malheureusement, toujours en décalage il intervient alors que les carottes sont déjà cuites.... Carson Wells, chasseur de primes est lui aussi sur la piste du sérial tueur mais surestimant ses capacités il sera rapidement éliminé de la course. Finalement comme dans toute chasse à cours le gibier est perdant, Llewelyn sera achevé froidement et l'assassin méthodique, victime d'un accident de voiture banal dont il sort quasi indemme, se retrouvera dans un bled perdu sans avoir retrouvé la mallette magique.Le shérif, désabusé a donné sa démission et se retrouve en tête à tête avec son épouse, mettantsur pied un programme d'activités envisageables....
 
 
THE END
 
 
 
 
 
 
 
PETIT PROPOS SANS IMPORTANCE
 
   
Chèvre (de Monsieur Seguin ) : elle a un compte fesse bouc 
 
Aigle (Allemand): le Goh est lent
   
Arabe (bi sexuel): c'est un Ali Bi          Paludier : c'est le Celte de Guérande
 
Fourrure ( commerce de la) : Castor et peaux luxe
 
 
 
 
MERCI DE ME FAIRE PART DE VOS REMARQUES
 
Repost 0
Published by la peinture a l'huile c'est bien difficile
commenter cet article
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 22:57
 
bbbbbbhlbbhjkdk010-copie-1.jpg
Salut à vous visiteuses et visiteurs uniques, décidement les schtroumpfs deviennent de plus en plus hardis et n'hésitent pas à jouer les jolis coeurs ( et à prendre des risques en escaladant les toitures...) auprès de respectables mères de familles durant l'absence de leur époux.Il leur arrive même de faire main basse sur les bijoux de la maitresse de maison !En ce qui concerne le chien supposé ètre de garde , son attitude distante dénote une complicité évidente: ah ma p'auv dame ! à qui se fier par les temps qui courent!
 
 
Hier soir, petite séance de nostalgie : visionnage d'un DVD consacré à Jacques Brel retracant sa carrière depuis 1958 jusqu'en 1977. Première chanson : Quand on n'a que l'amour, s'accompagnant à la guitare, époque "Abbé Brel" ainsi que le disait son ami Brassens, mais déjà son immense talent se devinait. Je conserve le souvenir impérissable d'une représentation à l'Olympia, dans les années soixante,il n'interprétait pas, il vivait ses chansons, douloureux, révolté, torturé, les vieux étaient là, on les sentait vivre leurs dernières années et ne me quitte pas vous vrillait l'estomac. Je le revois encore (par chance mon amie de l'époque et moi étions placés dans les 5 premiers rangs) plongé dans le monde terrible de "ces gens là" le visage ruisselant de sueur, souffrant,en pleine épreuve, de tels instants demeurent gravés ad vitam éternam. Visitant un site, il y a peu j'ai lu avec un brin de commisération le commentaire d'une internaute plaçant Jean Ferrat au rang de chanteur du siècle, bien au dessus de Brel, sans vouloir polémiquer il faut quand même admettre que si ce chanteur compositeur avait un grand talent ,son expression scénique n'atteignait pas les sommets du tragique, pour mémoire i rappelons ce qu'en pensait un critique : Jean Ferrat: un jean Sablon saisi par le marxisme...
 
Dimanche, anniversaire de Georgette, en compagnie de Marie et d'un couple d'amis nous voici attablés dans le restaurant Chinois-Vietnamien situé à proximiité de son domicile. Comme souvent , les novices ont toutes les peines du monde à utiliser les baguettes et rapidement reprennent la fourchette qui finalment est s'un usage plus aisé. En ce Dimanche la salle est pleine et le repas se poursuit dans un ambiance agréable et détendue.Ensuite nous regagnons le domicile de notre amphitryon pour y déguster cette excellente liqueur Napoléon à base de mandarine.
 
 
Vendredi 11 Novembre excellente émisssion historique intitulée " Allemagne 1918" ou le point de vue Allemand sur cette année cruciale. Que de découvertes : Ludendorff, auréolé de la victoire de Tannenberg sur le front Est prend conscience, en 1918 que l'armée Allemande est exangue, à bout de force, le blocus des alliés, les grèves dans les usines d'armement,l'arrivée des troupes Américaines tous ces facteurs le décide à préconiser, au plus vite un armistice, mais soucieux de protéger l'honneur de l'armée il demande que ce soit les représentants du nouveau pouvoir qui en prennent la responsabilité, ce qui permettera d'accréditer la thèse du "coup de poignard dans le dos" Le Kaiser a fuit aux Pays Bas, le SPD tente de gouverner un pays en pleine anarchie(signature de l'armistice,pour l'anecdote:un officier membre de la commission se tourne vers la délégation Française et leur déclare: au revoir messieurs, rendez-vous dans 20 ans...)Suivant l'exemple de la Russie, les mutineries se répandent,principalement dans la marine, les spartakistes règnent à Berlin sous l'égide de Rosa Luxembourg et de Karl Liebknecht et le social-démocrate Ebert accueille solennellement les troupes de retour du front , défilant en ordre impeccable : je vous salue, vous qui revenez invaincus des combats !
 
Gustav Noske, ministre de la guerre, aidé en sous main par les Corps Francs,brise les spartakistes, Liebnecht et Luxembourg sont tués et l'année suivante ce sera Versailles et son traité impitoyable qui porte en lui la promesse d'une prochaine guerre. L'Allemagne doit accepter d'ètre considérée comme la seule responsable du conflit, son territoire est dépecé et Clémenceau, sourd et aveugle impose des dommages de guerre colossaux , l'industrie Allemande est démantelée, les mines de charbon de la Rhur pillées,la population est plongée dans la misère,la colère impuissante prépare déjà le lit du nazisme...
 
 
Dimanche sur France 2, un film haut de gamme des frères Coen : "No Country for old men" qui aurait pu ètre  sous titré: l'argent ne fait pas le bonheur de ceux qui n'en ont pas et qui voudrait bien en avoir... Llewelyn, vétéran du Vietman, découvre, dans le désert une scène de carnage : des corps ( de mexicians) gisent au sol après s'ètre entretués, dans un pick up, sous une bache une cargaison de drogue et, un peu plus loin, une mallette bourrée de dollars.Notre héros qui mène une existence médiocre et vivote dans des emplois incertains et peu rémunérés, s'en empare et c'est alors que ses malheurs commencent car un tueur psychopathe, Anton Chigurh est lancé à ses trousses avec pour mission de récupérer le magot.Ce dernier a trouvé le véhicule de Llewelyn et a identifié son propriétaire. Une chasse impitoyable commence , l'infortuné découvreur de trésor est suivi pas à pas à son grand étonnement et comprendra un peu tard en fouillant de plus près la mallette qu'un  emetteur y est caché et que son poursuivant, muni d'un récepteur sait exactement où il se cache.Le schérif de la bourgade(l'excellent Tmmy Lee Jones) où habite le vétéran, blasé et sans illusions sur les comportements humains tente d'éclaircir le mystère de la tuerie et de la disparition simultanée de son concitoyen, malheureusement, toujours en décalage il intervient alors que les carottes sont déjà cuites.... Carson Wells, chasseur de primes est lui aussi sur la piste du sérial tueur mais surestimant ses capacités il sera rapidement éliminé de la course. Finalement comme dans toute chasse à cours le gibier est perdant, Llewelyn sera achevé froidement et l'assassin méthodique, victime d'un accident de voiture banal dont il sort quasi indemme, se retrouvera dans un bled perdu sans avoir retrouvé la mallette magique.Le shérif, désabusé a donné sa démission et se retrouve en tête à tête avec son épouse, mettantsur pied un programme d'activités envisageables....
 
 
THE END
 
 
 
 
 
 
 
PETIT PROPOS SANS IMPORTANCE
 
   
Chèvre (de Monsieur Seguin ) : elle a un compte fesse bouc 
 
Aigle (Allemand): le Goh est lent
   
Arabe (bi sexuel): c'est un Ali Bi          Paludier : c'est le Celte de Guérande
 
Fourrure ( commerce de la) : Castor et peaux luxe
 
 
 
 
MERCI DE ME FAIRE PART DE VOS REMARQUES
 
Repost 0
Published by la peinture a l'huile c'est bien difficile
commenter cet article
14 novembre 2011 1 14 /11 /novembre /2011 22:57
 
bbbbbbhlbbhjkdk010-copie-1.jpg
Salut à vous visiteuses et visiteurs uniques, décidement les schtroumpfs deviennent de plus en plus hardis et n'hésitent pas à jouer les jolis coeurs ( et à prendre des risques en escaladant les toitures...) auprès de respectables mères de familles durant l'absence de leur époux.Il leur arrive même de faire main basse sur les bijoux de la maitresse de maison !En ce qui concerne le chien supposé ètre de garde , son attitude distante dénote une complicité évidente: ah ma p'auv dame ! à qui se fier par les temps qui courent!
 
 
Hier soir, petite séance de nostalgie : visionnage d'un DVD consacré à Jacques Brel retracant sa carrière depuis 1958 jusqu'en 1977. Première chanson : Quand on n'a que l'amour, s'accompagnant à la guitare, époque "Abbé Brel" ainsi que le disait son ami Brassens, mais déjà son immense talent se devinait. Je conserve le souvenir impérissable d'une représentation à l'Olympia, dans les années soixante,il n'interprétait pas, il vivait ses chansons, douloureux, révolté, torturé, les vieux étaient là, on les sentait vivre leurs dernières années et ne me quitte pas vous vrillait l'estomac. Je le revois encore (par chance mon amie de l'époque et moi étions placés dans les 5 premiers rangs) plongé dans le monde terrible de "ces gens là" le visage ruisselant de sueur, souffrant,en pleine épreuve, de tels instants demeurent gravés ad vitam éternam. Visitant un site, il y a peu j'ai lu avec un brin de commisération le commentaire d'une internaute plaçant Jean Ferrat au rang de chanteur du siècle, bien au dessus de Brel, sans vouloir polémiquer il faut quand même admettre que si ce chanteur compositeur avait un grand talent ,son expression scénique n'atteignait pas les sommets du tragique, pour mémoire i rappelons ce qu'en pensait un critique : Jean Ferrat: un jean Sablon saisi par le marxisme...
 
Dimanche, anniversaire de Georgette, en compagnie de Marie et d'un couple d'amis nous voici attablés dans le restaurant Chinois-Vietnamien situé à proximiité de son domicile. Comme souvent , les novices ont toutes les peines du monde à utiliser les baguettes et rapidement reprennent la fourchette qui finalment est s'un usage plus aisé. En ce Dimanche la salle est pleine et le repas se poursuit dans un ambiance agréable et détendue.Ensuite nous regagnons le domicile de notre amphitryon pour y déguster cette excellente liqueur Napoléon à base de mandarine.
 
 
Vendredi 11 Novembre excellente émisssion historique intitulée " Allemagne 1918" ou le point de vue Allemand sur cette année cruciale. Que de découvertes : Ludendorff, auréolé de la victoire de Tannenberg sur le front Est prend conscience, en 1918 que l'armée Allemande est exangue, à bout de force, le blocus des alliés, les grèves dans les usines d'armement,l'arrivée des troupes Américaines tous ces facteurs le décide à préconiser, au plus vite un armistice, mais soucieux de protéger l'honneur de l'armée il demande que ce soit les représentants du nouveau pouvoir qui en prennent la responsabilité, ce qui permettera d'accréditer la thèse du "coup de poignard dans le dos" Le Kaiser a fuit aux Pays Bas, le SPD tente de gouverner un pays en pleine anarchie(signature de l'armistice,pour l'anecdote:un officier membre de la commission se tourne vers la délégation Française et leur déclare: au revoir messieurs, rendez-vous dans 20 ans...)Suivant l'exemple de la Russie, les mutineries se répandent,principalement dans la marine, les spartakistes règnent à Berlin sous l'égide de Rosa Luxembourg et de Karl Liebknecht et le social-démocrate Ebert accueille solennellement les troupes de retour du front , défilant en ordre impeccable : je vous salue, vous qui revenez invaincus des combats !
 
Gustav Noske, ministre de la guerre, aidé en sous main par les Corps Francs,brise les spartakistes, Liebnecht et Luxembourg sont tués et l'année suivante ce sera Versailles et son traité impitoyable qui porte en lui la promesse d'une prochaine guerre. L'Allemagne doit accepter d'ètre considérée comme la seule responsable du conflit, son territoire est dépecé et Clémenceau, sourd et aveugle impose des dommages de guerre colossaux , l'industrie Allemande est démantelée, les mines de charbon de la Rhur pillées,la population est plongée dans la misère,la colère impuissante prépare déjà le lit du nazisme...
 
 
Dimanche sur France 2, un film haut de gamme des frères Coen : "No Country for old men" qui aurait pu ètre  sous titré: l'argent ne fait pas le bonheur de ceux qui n'en ont pas et qui voudrait bien en avoir... Llewelyn, vétéran du Vietman, découvre, dans le désert une scène de carnage : des corps ( de mexicians) gisent au sol après s'ètre entretués, dans un pick up, sous une bache une cargaison de drogue et, un peu plus loin, une mallette bourrée de dollars.Notre héros qui mène une existence médiocre et vivote dans des emplois incertains et peu rémunérés, s'en empare et c'est alors que ses malheurs commencent car un tueur psychopathe, Anton Chigurh est lancé à ses trousses avec pour mission de récupérer le magot.Ce dernier a trouvé le véhicule de Llewelyn et a identifié son propriétaire. Une chasse impitoyable commence , l'infortuné découvreur de trésor est suivi pas à pas à son grand étonnement et comprendra un peu tard en fouillant de plus près la mallette qu'un  emetteur y est caché et que son poursuivant, muni d'un récepteur sait exactement où il se cache.Le schérif de la bourgade(l'excellent Tmmy Lee Jones) où habite le vétéran, blasé et sans illusions sur les comportements humains tente d'éclaircir le mystère de la tuerie et de la disparition simultanée de son concitoyen, malheureusement, toujours en décalage il intervient alors que les carottes sont déjà cuites.... Carson Wells, chasseur de primes est lui aussi sur la piste du sérial tueur mais surestimant ses capacités il sera rapidement éliminé de la course. Finalement comme dans toute chasse à cours le gibier est perdant, Llewelyn sera achevé froidement et l'assassin méthodique, victime d'un accident de voiture banal dont il sort quasi indemme, se retrouvera dans un bled perdu sans avoir retrouvé la mallette magique.Le shérif, désabusé a donné sa démission et se retrouve en tête à tête avec son épouse, mettantsur pied un programme d'activités envisageables....
 
 
THE END
 
 
 
 
 
 
 
PETIT PROPOS SANS IMPORTANCE
 
   
Chèvre (de Monsieur Seguin ) : elle a un compte fesse bouc 
 
Aigle (Allemand): le Goh est lent
   
Arabe (bi sexuel): c'est un Ali Bi          Paludier : c'est le Celte de Guérande
 
Fourrure ( commerce de la) : Castor et peaux luxe
 
 
 
 
MERCI DE ME FAIRE PART DE VOS REMARQUES
 
Repost 0
Published by la peinture a l'huile c'est bien difficile
commenter cet article