Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 mai 2009 5 29 /05 /mai /2009 22:41

         Bonsoir à toutes et à tous

Très belle journée aujourdh'ui à saint-malo, le ciel était d'un bleu intense, le soleil est venu dissiper l'humidité résiduelle dans les rues étroites de saint-malo intra muros, tandis que les terrasses des cafés s'animent à deux pas de la tour solidor.

Ci-contre une toile datant de quelques années intitulée "retour aux sources " le lointain passé cohabite en harmonie avec les eaux vives, deux femmes nues partagent un espace de paix en compagnie d'animaux réputés sauvages qui savourent sans crainte un instant de sérénité.

Bonne nuit à toutes et à tous, faites moi pert de vos impressions, merci d'avance.

Bernard

Repost 0
Published by blandin
commenter cet article
28 mai 2009 4 28 /05 /mai /2009 14:20

 






  Bonjour à toutes et à tous,

Je peins depuis de longues années , sans grand succès et j'aimerais connaitre les impressions de celles et ceux qui consulteront ce blog.

J'ai exposé en janvier à la galerie mona lisa rue de varennes, mais, crise oblige " peut ètre " mis à  part  un succès d'estime, aucune vente n'a été réalisée.

Faites moi connaitre vos impressions, à bientôt.

Bernard

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by blandin
commenter cet article
1 janvier 1970 4 01 /01 /janvier /1970 01:00
 
CIMG2362.JPG
 
Salut à vous visiteuses et visiteurs uniques ci-dessus une toile datant de quelques années baptisée " Souvenirs d'un songe " huile :92x60.Transportée dans son rêve cette femme observe les lieux inhabituels, mais qui lui semblent pourtant familiers ,près d'elle le landau ou dort son enfant et à ses côtés veille un chien fidèle.En arrière plan le carrosse qui l'a mené jusque sur ce plateau aride;les chevaux dételés se sont perdus au delà du décor, seuls un rhinocéros imperturbable et un fennec curieux s'intègrent dans ce paysage minéral, ce cheval de bois espère-t-il devenir un des fringants coursiers entrainant le carrosse vers des mondes inexplorés ?
 
L'émission Thalassa a fait escale à Sète, patrie de Georges Brassens et en hommage au poète de petits films personnels, tournés par lui même ont étés exhumés des archives et, remontant les années de galère nous revoyons Jeanne,la bienfaitrice " elle est pauvre et sa table est souvent mal servie mais le peu qu'on y trouve assouvi pour la vie, par la façon qu'elle le donne " tous les animaux familiers sont présents: chats,chiens et la cane bien sur...plus tard, le succès venu, Georges est là parmi les copains d'enfance, toujours présents, jamais oubliés, partageant les joies simples des baignades et des courtes virées à bord  petit voilier qui n'affronte jamais le grand large. Inoubliable personnage, demeuré simple malgré la gloire, n'ayant rien renié, sa tombe même est modeste ( comme on est loin de la sépulture kitch de Dalida,obstentatoire, sommet du mauvais goût funéraire....) Il n'a pas non plus cédé aux tentatives de séduction du pouvoir, et a ,à maintes reprises refusé la légion d'honneur ( c'est tout à son honneur..) Jacques Higelin lui, parade avec la médaille de chevalier des Arts et Lettres décernée par son pote Jack, cacique de la culture branchée, ben mon pau'v monsieur on est anar (nstitutionnel)ou on ne l'est pas...
 
 
Projection l'autre jour, sur Arte, en hommage à Claude Miller,de son meilleur (et plus connu ) film :Garde à Vue " :31 Janvier,un soir pluvieux, dans les locaux du commissariat de Cherbourg, un notable (Michel Serrault) convoqué comme témoin  est interrogé sur son emploi du temps : une fillette de 10 ans a été retrouvée violée et étranglée sur une plage.Face au notaire, l'inspecteur Gallien (Lino Ventura) vieux routier blasé mais coriace, secondé par l'inspecteur dactylographe Belmont (Guy Marchand) petit flic borné et brutal..Les hostilités commencent et l'alibi du prévenu ne tiens pas la route: nul ne se souvient de son passage dans un café, personne ne l'a vu, à la nuit tombée, promenant le chien de son voisin.Certes c'est bien lui, maître Martinaud qui a découvert le cadavre et prévenu la police, on le soupconne déjà mais comme il le fait remarquer " ce n'est tout de même pas le chien qui a téléphoné ! interrogé sur la raison d'absence de témoignages favorables il rétorque:parce que je suis riche, j'ai une belle maison et une belle femme ! circonstance aggravante cette fillette il la connait , rieuse, confiante, elle aurait suivi n'importe qui...Martinaud sent le piège se refermer sur lui et il persiflie :On cesse d'être en sécurité dès qu'on franchit la porte d'un commissariat ! les temps passe et on en vient aux confidences :sa vie privée lugubre et dévastée, les chambres à part au bout du couloir et cet aveu :si j'avais le courage de tuer ce ne serais pas une petite fille, oh non! sa femme( Romy Schneider) est venue aux nouvelles , questionnée elle charge son époux et raconte à l'inspecteur Gallien ce Noël, il y a dix ans, Camille( la chanteuse Elsa enfant), la nièce  est présente et elle surprend leur tête à tête: j'ai été bouleversée, il lui parlait comme à une femme et de cette soirée date son refus de tout contact physique avec son mari, sa haine aussi.Il y a des trous dans l'emploi du temps du notaire mais il finit par avouer qu'il se trouvait avec un prostituée, une "amazone" opérant en voiture, pas de signalement permettant de la retrouver...Les charges s'accumulent : l'imperméable que portait Martinaud le soir du meurtre, déposé au commissarait, a été donné au pressing, ticket fourni par l'épouse, taches de sang à effacer ? tout s'écroule pour maître Martinaud, il passe aux aveux: oui c'est lui le coupable, auteur de deux viols et deux meurtres! Le commissaire divisionnaire, très mondain félicite son subordonné, affaire réglée promptement et aveux à la clef, la nouvelle année démarre bien ! 1er Janvier, au matin,brutal rebondissement : une voiture déclarée volée est retrouvée, récupérée par le camion de la fourrière et apportée au commissariat mais des traces de sang sur le coffre attirent l'attention : à l'intérieur le cadavre d'une fillette, le propriétaire du véhicule , Monsieur Jablin est arrété .Gallien rejoint son bureau à l'instant où maître Martinaud signe ses aveux, tout est annulé ! excuses gênées, le notaire se retrouve sur le trottoir, là où est garée la voiture de son épouse, il y pénètre:7 heures du matin elle est là, au volant, silencieuse, un filet de sang coulant de sa tempe, elle a appris l'innocence de son mari et vient de se suicider....Film remarquable, à l'atmosphère pesante, poisseuse, réussite due au talent du metteur en scène, pimentée par les dialogues acides et cruels de Michel Audiard, qui n'excellait pas seulement dans les comédies bon enfant.
 
 
Formidable documentaire sur France 2 intitulé " Titanic, la véritable histoire" chaque instant de la vie de ce géant des mers nous est restitué, depuis so départ de Southampton jusqu'à sa rencontre avec l'iceberg fatal. Au fil du récit on découvre des faits étonnants,les 650 tonnes de charbon consommées chaque jour par les chausières du paquebot et également ce chiffre ahurissant de presque 600 morts originaires de Southampton: soutiers,mécaniciens, graisseurs, stewards,femmes de service, employés de toute sorte ! le fleuron de la White Star line souffrait quand même de défauts qui se révéleront dramatiques lors du choc brutal avec cet iceberg flottant dans la brume. Le nombre de canots de sauvetage était notoirement insuffisant mais la, confiance aveugle dans l'invulnérabilité du navire suffisait pour escamoter les doutes éventuels.C'était encore l'époque où  le culte de la science et de la technique dominant la nature et les éléments avait valeur de crédo. La grande majorité des passagers et aussi du personnel navigant, commandant compris avait une telle foi dans la suprématie du made in England, dominant les mers, qu'il n'y eu de panique que lorsque la situation s'avéra désespérée.Le documentaire décrit la courte marche vers le destin des passagers voguant vers la mort pour la plupart.Grâce aux merveilles de la technique, le déroulement de la catastrophe est décrite, schémas fixes ou animés à l'appui,du choc initiale en passant par les tentatives de lutte pour la survie jusqu'à la rupture finale du navire en deux sections et la descente vers les abimes..John Smith, le commandant tenta l'impossible: fermure des 16 portes étanches, mise en route des pompes, tout celà en vain, de plus les fameuses portes étanches n'avaient pas la hauteur suffisante ce qui fit que des trombes d'eau franchirent les portes une à une accentuant la gÏte..Malgré la réputation d'excellence des chantiers navals de Belfast il est certain que la qualité des rivets était déficiente, la plupart étant fabriqués en fer plutôt qu'en acier, la nature même du métal de la coque était  imparfaite le rendant cassant.Autre anomalie, les guetteurs n'étaient pas pourvus de jumelles qui leur auraient permis d'anticiper les obstacles, la position indiquée par radio était fausse et la plupart des canots, déjà en nombre insuffisant partirent à moitié vides.Au final il y eu  plus de 1500 morts pour la plupart membres de l'équiage et passagers de troisième classe....Par la suite il y aura d'autres naufrages encore plus catastrophiques comme celui du "Lancastria" réquisitionné pour évaquer les troupes Britanniques, en 1940, au départ de Saint Nazaire: bombardé par l'aviation Allemande il sombrera près des cotes et on estimes le nombre des victimes à, 5000, vu la confusion de l'époque aucun régistre des passagers n'était tenu, la plupart des morts étaient des militaires mais il y avait aussi un certain nombre de civils.En 1945, sur la mer Baltique, le "Goya" transportant des réfugiés, venant de Prusse Orientale et fuyant l'avancée de l'Armée Rouge, surchargé, torpillé par un sous- marin soviétique, coulera entrainant (estimation..) entre 4000 à 7000 victimes.Mais ces désastres malgré l'immensité des pertes ne parviennent pas à effacer dans l'esprit du public,l'image emblématique du grand liner sombrant dans les eaux glacées au large de Terre Neuve.Prémonition étrange, 14 ans auparavant l'écrivain Morgan Robertson avait écrit un roman intitulé " le naufrage du Titan" décrivant le naufrage d'un transatlantique exactament dans les mêmes circonstance que le Titanic : choc avec un iceberg,nombre de canots insuffisant...il récidive plus tard en écrivant " Beyond the Spectrum " relatant l'attaque surprise des troupes Jaonaises contre une flotte Américaine...bizarre, vous avez dit bizarre ?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
PETITS PROPOS SANS IMPORTANCE     
 
Horloger : verra-t-il sa dernière heure arriver ?    Bernard Buffet (femme nue vue par ): c'est mal Ingres
 
Ecossais (miséreux):pour lui les loques naissent    La gauche : peut-elle ètre parfois adroite ?
 
DSK (au Sofitel ) : homme, suite ,homme        Plombier ( comptine) : un syphon; font font ...
 
 
 
Antilope : elle gaze, elle
 
 
 
MERCI DE ME FAIRE PART DE VOS REMARQUES
 
 
Repost 0
Published by la peinture a l'huile c'est bien difficile
commenter cet article